Le semeur de paraboles (Mt 13,1-23)

Changement de décor pour ce nouveau chapitre de l’évangile selon Matthieu. Nous nous trouvons maintenant au bord de la mer de Tibériade au milieu des foules. Changement de ton aussi, puisque nous laissons le débat houleux avec les pharisiens pour des enseignements publics en paraboles.

Continuer la lecture Le semeur de paraboles (Mt 13,1-23)

La révélation aux tout-petits (Mt 11,25-30)

Précédemment dans l’évangile selon Matthieu, Jésus avait montré combien la venue effective du Christ, comme celle de son précurseur Jean le baptiste, dérogeait aux attentes glorieuses, victorieuses voire princières des hommes. Dès lors, l’emprisonnement de Jean, les difficultés de la mission et les persécutions, comme la croix de Jésus, relèvent-ils d’un désaveu divin ou au contraire de son surprenant dessein ?

Continuer la lecture La révélation aux tout-petits (Mt 11,25-30)

Du glaive à la charité (Mt 10,34-42)

Le disciple sera parfois confronté à un choix cornélien : le Christ ou sa famille. Entre la pauvreté évangélique et le patrimoine, entre l’avenir incertain et une tradition séculaire, entre le chemin inconfortable et sa propre maison. Entre la vérité de la croix et un semblant de paix.

Continuer la lecture Du glaive à la charité (Mt 10,34-42)

Ne craignez pas (Mt 10,26-33)

Après ses instructions données aux Douze envoyés vers une mission qui n’est pas sans risque, ni sans douleurs, les paroles de Jésus se font encourageantes. C’est le maître de maison et le Fils de l’homme qui parle et exhorte ses Apôtres à persévérer.

Continuer la lecture Ne craignez pas (Mt 10,26-33)

L’amour parfait des ennemis (Mt 5,38-48)

Notre passage est la suite du discours que nous avons lu précédemment (Mt 5,17-37). On retrouve ainsi les refrains « Vous avez appris… Eh bien ! moi je vous dis… ». Jésus ne lit pas la Loi dans une rigidité plus stricte que les pharisiens ni dans une interprétation souple ou affadie. Il révèle et éclaire ce qui en est en la substance vitale : une parole d’Alliance en vue du bien de tous selon la volonté du Père. Pour ces deux dernières antithèses, Jésus reprend la loi du Talion et l’amour du prochain, dans la logique du Royaume.

Continuer la lecture L’amour parfait des ennemis (Mt 5,38-48)

Eh bien moi je vous dis (Mt 5,17-37)

Après les béatitudes, auxquelles il faut intégrer les métaphores du sel de la terre et de la lumière du monde, le discours de Jésus change de ton et aborde directement l’interprétation de la Loi de Moïse. Il est construit sur un schéma : « vous avez appris … Eh bien moi je dis… ». Jésus cite une prescription de la Loi et propose sa propre interprétation. Cette disposition a souvent inspiré le titre d’antithèses à cette section. Comme si Jésus s’opposait ou contredisait les commandements… pas si sûr.

Continuer la lecture Eh bien moi je vous dis (Mt 5,17-37)

Le sel de la terre (Mt 5,13-16)

Avec ce passage, nous sommes encore dans l’introduction au sermon sur la montagne (Mt 5,1-16). Les béatitudes nous avaient présenté, non pas un ensemble de prescriptions du style faire ou ne pas faire, mais des paroles essentiellement positives exprimant la consolation de Dieu pour son peuple. Cette introduction a montré une progression en trois étapes : « Heureux ceux… », « Heureux êtes-vous » et maintenant « Vous êtes… ».

Continuer la lecture Le sel de la terre (Mt 5,13-16)

Heureux êtes-vous (Mt 5,1-12)

Le discours de Jésus sur la montagne commence par une série de béatitudes appelées plus savamment macarismes (du grec makarios μακάριος/ heureux). Ce n’est pas une particularité du Nouveau Testament. On entend aussi ces macarismes dans le Premier Testament :

Continuer la lecture Heureux êtes-vous (Mt 5,1-12)

Et moi, je ne le connaissais pas (Jn 1,29-34)

C’est un autre récit du baptême au Jourdain qui nous est proposé pour ce dimanche. Nous avions entendu celui de Matthieu, nous voilà maintenant dans l’évangile selon Jean qui possède une manière très particulière de rapporter cette tradition. Effectivement, l’évangéliste ne raconte pas la scène du baptême de Jésus au Jourdain, il la fait raconter par la voix du baptiste. Nous ne sommes plus témoins, mais auditeur d’un témoin et d’un témoin de foi.

Continuer la lecture Et moi, je ne le connaissais pas (Jn 1,29-34)

Le baptême de Jésus (Mt 3,13-17)

L’année liturgique propose une lecture de l’évangile selon saint Matthieu. Je présenterai bientôt cet évangile de manière plus générale : son auteur, ses destinataires et ses caractéristiques. Mais déjà, avec le récit du baptême de Jésus au Jourdain, nous pouvons souligner quelques éléments propres à Matthieu au regard des autres évangiles.

Continuer la lecture Le baptême de Jésus (Mt 3,13-17)

Le salut du bon larron (Lc 23,35-43)

La fête du Christ-Roi marque la fin de cette année liturgique où nous avons suivi, plus ou moins, l’évangile selon saint Luc. Et cet article clôt ainsi notre série annuelle sur cet évangile. Nous aurions pu terminer avec le dernier chapitre de Luc (Lc 24) concernant la Résurrection du Christ, les disciples d’Emmaüs ou l’Ascension. Mais c’est sur un passage de la crucifixion que la liturgie nous demande de nous arrêter. Arrêter est le verbe qui convient ici, mieux que terminer ou finir. S’arrêter sur la croix, c’est prendre le temps de contempler, d’écouter et se laisser saisir. Alors arrêtons-nous.

Continuer la lecture Le salut du bon larron (Lc 23,35-43)

Épreuves et persévérances (Lc 21,5-19)

Dans ce chapitre 21 de l’évangile selon Luc, Jésus entreprend un discours aux accents apocalyptiques. Mais rappelons que le mot « apocalypse » signifie avant tout révélation, dévoilement. Jésus invite à aller au-delà des apparences merveilleuses ou terrifiantes, pour appeler ses disciples à l’espérance y compris dans les épreuves.

Continuer la lecture Épreuves et persévérances (Lc 21,5-19)

Le Dieu des Vivants (Lc 20,27.34-38)

Après l’épisode de Zachée à Jéricho, Luc nous a fait parvenir à Jérusalem, après nous avoir fait entendre la parabole des mines (19,11-27). L’entrée triomphale dans la ville (19,28-44) est aussitôt suivie de la purification du Temple (19,45-48). Comme dans l’évangile de Marc, Jésus est alors assaillies de question piège à propos de son autorité (20,1-8) dont la contestation est éclairée par la parabole des vignerons homicides (20,20-26). Le débat se poursuit avec l’interrogation sur l’impôt à César (20,20-26), la résurrection et la Loi. Le passage de l’évangile de ce dimanche appartient à cette confrontation entre Jésus avec les sadducéens ) propos de la des morts.

Continuer la lecture Le Dieu des Vivants (Lc 20,27.34-38)