Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Le fou de la maison contre la maison du fort (Mc 3,20-35)

L’épisode précédent de l’institution des Douze soulignait la prétention de Jésus à la restauration du royaume d’Israël.  Maintenant, le récit de Marc nous amène à voir et entendre la réaction de son entourage. Cette mention de la famille, qui intervient deux fois (3,20-21; 3,31-35), encadre la réaction des scribes (3,22-30). Le passage doit donc être regardé dans son unité.

Le fou de la famille

Jésus vient à la maison et, à nouveau, s’y rassemble la foule  de sorte qu’ils ne pouvaient pas même manger de pain. L’ayant appris, les siens sortirent pour s’emparer de lui, car ils disaient : “Il est hors de sens.” (3,20-21)

Nous quittons la montagne pour revenir à la maison de Capharnaüm,  lieu de rassemblement qui maintenant déborde et ne laisse aucun répit à Jésus et ses disciples. La foule, chez Marc, a toujours ce côté oppressant qui vient souligner l’attirance suscitée par Jésus. Est-ce pour ses paroles, ses guérisons ou son désir de “reconquête” comme le laissait entendre le récit précédent ? Sans doute un peu de tout cela. La faim de sa parole, de son salut, les empêche paradoxalement de manger le pain. Comme s’il y avait une faim, un manque à rassasier que, bientôt, le récit de Marc comblera. (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu