La mort du Fils de Dieu (Mc 15,33-47)

Mc 15,33-47 La mort de Jésus et la descente de la croix

Le cri de Jésus

La sixième heure étant venue, il y eut les ténèbres sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure. Et à la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : “Éloï, Éloï, lema sabacthani ?” ce qui signifie : “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?” Certains de ceux qui étaient là, en l’entendant, disaient : “Voici qu’il appelle Élie.” Et quelqu’un courut emplir une éponge de vinaigre, et l’ayant mise au bout d’un roseau, lui donnait à boire, en disant : “Laissez, voyons si Élie viendra le faire descendre.” Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira. (15,33-37)

Manuscrits des évangiles de Gelati, La Crucifixion,12thLes heures s’égrènent comme aucune autre journée en Marc. Il souligne ainsi l’importance et la gravité du moment. Mais le jour est aussi ténèbres durant ces trois heures de l’après-midi1 et cela sur ‘toute la terre’ signifiant la portée universelle du salut par la croix. Au moment où, normalement, le soleil est à son zénith,  l’obscurité advient, nous rappelant ainsi le jour annoncé pour la manifestation céleste du Fils de l’homme quand  le soleil s’obscurcira (13,24-27). Ces ténèbres sont le signe de l’avènement du jugement divin, du jour du Seigneur. Et l’on  s’attendrait à l’action de Dieu en faveur de son Messie, pour qu’il le sauve, le descende de sa croix et que tous le reconnaissent et ploient le genou. Mais au lieu de cela, à la fin des ténèbres c’est un cri d’abandon que le crucifié fait entendre. Et pourtant dans ce cri, se dévoile tout le mystère du Messie crucifié. (suite…)

Continuer la lecture La mort du Fils de Dieu (Mc 15,33-47)

Préambule à trois voix (Mc 1,1-3)

En quelques mots, tout est là, le début et la fin. Tout semble déjà dit : le dénouement victorieux et le nom du vainqueur. Et pourtant rien n’est encore totalement dévoilé :

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu; comme il est écrit dans Isaïe le prophète : “Voici,  j’envoie mon messager devant toi, qui balisera ton chemin. Une voix crie dans le désert, préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.” 1,1-3

Parole de Foi

C’est la voix de Marc qui d’abord retentit, voix de ce commencement, hymne de la Victoire, Bonne Nouvelle comme déjà sortie du tombeau. L’histoire est célèbre et célébrée mais nous avons, encore et toujours,  à re-connaître Jésus qui s’avance (Mc 1,9) pour le confesser comme Christ (Mc 8,29) et le contempler, au vendredi saint, comme Fils de Dieu (Mc 15,39). Si ce commencement désigne la fin, le chemin quant à lui, bien que balisé, reste encore à parcourir, chemin de découvertes, de déconvenues, de conversions, de joies à l’écoute de Celui qui vient.  Première voix, parole de Foi sans crainte. (suite…)

Continuer la lecture Préambule à trois voix (Mc 1,1-3)