Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Sur la mer, en marchant (Mc 6,47-56)

Mc 6,47-56 La marche sur la mer et l’arrivée à Gennésareth

Vers eux, sur la mer

Le soir venu, la barque était au milieu de la mer, et lui, seul, à terre. Les voyant s’agiter à ramer, (car le vent leur était contraire), vers la quatrième veille de la nuit1, il vint vers eux en marchant sur la mer ; et il voulait les dépasser.(6,47-48)

On se souvient que, suite à la multiplication des pains, Jésus obligea ses disciples à prendre la mer tandis qu’il partait prier sur la montagne. Mais il ne s’agit pas tout à fait d’un départ. Comme nous le rappellera l’un des versets suivants (6,52), cet épisode est lié à ces pains multipliés. Et de pains il en sera d’ailleurs question jusqu’au chapitre 8. Le récit commence au soir de ce festin miraculeux. Comme pour l’épisode précédent, l’on va à pied plus vite que la barque. Mais cette fois-ci il s’agit de Jésus marchant sur les eaux. Scène qui nous paraît étrange, voire suspicieuse : un homme poserait-il ses pas sur la mer ? Et la question concerne moins le comment que le pourquoi et le pour qui. (suite…)

Continuer la lecture

Pains multipliés pour la multitude (Mc 6,30-46)

Mc 6,30-46 Multiplication des pains

Désert partagé

Les apôtres se rassemblant près de Jésus, lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait et de tout ce qu’ils avaient enseigné. Il leur dit : “Venez, vous autres, à l’écart, vers un lieu désert, et reposez-vous un peu.” Car ceux qui venaient et partaient étaient si nombreux, qu’ils ne trouvaient pas le temps de manger. Ils partirent donc en barque vers un lieu désert, à l’écart. Le voyant partir, beaucoup comprirent et de toutes les villes, à pied, ils accoururent en ce lieu, et ils les précédèrent. En débarquant, Jésus vit une foule nombreuse, et il fut pris de pitié car qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses. (6,30-34)

Retour de mission pour les Douze. Sans s’attarder sur les résultats, Marc souligne surtout la prévenance de Jésus envers les siens. Cette bienveillance annonce déjà la trame de notre chapitre. Pour leur bien, Jésus les mène en un lieu où les apôtres pourront se restaurer, dans tous les sens du terme. Il les conduit dans son désert. Ce lieu où il se rendait habituellement seul pour prier (1,12.13.35.45) est aussi le leur. Mais la foule déjà les précède. C’est une scène surprenante où des gens vont plus vite que la barque de Jésus. Mais Marc veut ici, justement, souligner ce contraste, entre une navigation ‘reposante’ et la foule avide de “Jésus” qui a vite compris ce déplacement vers un autre lieu. (suite…)

Continuer la lecture

Hérodiade et le baptiste (Mc 6,14-29)

Mc 6,14-29 Hérode et la mort du baptiste

Des disciples à Hérode

Or le roi Hérode entendit parler de Jésus, en effet son nom était devenu célèbre, et on disait : “Jean le baptiste s’est réveillé d’entre les morts : c’est pourquoi  s’opèrent en lui ces miracles.” Mais d’autres disaient : “C’est Élie” ; et d’autres : “C’est un prophète, comme l’un des prophètes.” Ce qu’Hérode ayant entendu, il dit : “Ce Jean que j’ai fait décapiter, c’est lui qui est ressuscité.” (6,14-16)

Ce passage sur Hérode (6,14-29) est situé entre l’envoi des Douze (6,7-13) et leur retour (6,30). Marc a ainsi placé au cœur de la mission des Apôtres, le martyr du baptiste qui évoque ainsi le risque pris par les serviteurs de l’Évangile depuis Jésus jusqu’à ses disciples de tout temps. Nous pouvons déjà l’entendre ainsi dans la bouche d’Hérode pour qui Jésus est du même bois que Jean-Baptiste, annonçant déjà la condamnation, la mort et la résurrection du Christ. Le martyr du baptiste présage déjà la croix du Christ. (suite…)

Continuer la lecture

Mission pour les Douze (Mc 6,6-13)

Mc 6,6b-13 Mission des Douze

La mission comme un don.

Et Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant. 7 Alors il appelle à lui les Douze, et commença à les envoyer deux par deux, en leur donnant autorité sur les esprits impurs. (6,6b-7)

L’épisode précédent nous avait relaté cette quasi-fin de non-recevoir de la part des gens de sa patrie. Mais cet échec, relatif, n’arrête en rien la marche de Jésus et ses disciples dans les alentours. Bien plus, c’est justement le moment qu’il choisit pour les envoyer seuls, sans lui. Derrière ce petit passage nous pouvons lire toute l’expérience des premiers chrétiens et de la communauté de Marc. Après l’échec apparent de la mort de Jésus, après les persécutions, les chrétiens n’ont cessé d’annoncer la Bonne Nouvelle du Ressuscité. (suite…)

Continuer la lecture

Prophète en sa patrie ? (Mc 6,1-6)

Mc 6,1-6a Nul n’est prophète en son pays

L’échec annonciateur

Jésus sortit de là. Il vient dans sa patrie et ses disciples le suivent. Et le sabbat venu, il se mit à enseigner dans la synagogue. En l’écoutant, beaucoup étaient frappés d’étonnement et disaient : “D’où lui vient cela ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée ? et ces miracles qui adviennent par ses mains ? N’est-il pas, celui-ci, le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joset, de Jude et de Simon ? Et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous ? ” Et il était pour eux une occasion de chute. (6,1-3)

Jésus, ses disciples, une synagogue, un enseignement… schéma classique. Seul le lieu est  nouveau : sa terre natale, Nazareth. Marc ne cite pas la ville. Ce qui se passe ici pourra aussi se dérouler  ailleurs qu’à Nazareth. Car, l’échec de Jésus reflète déjà le verdict de la Passion mais aussi l’opposition à l’Évangile par une large partie du Judaïsme où il est né.

Après les succès de ses enseignements, ses miracles, ces foules nombreuses, l’épisode demeure étonnant. Seuls les habitants de la Décapole païenne avaient réservé un mauvais accueil à Jésus. Mais, ici, chez lui, on se serait attendu à plus d’enthousiasme. Jésus est maintenant une occasion de chute, un scandale, c’est à dire un empêchement, un obstacle ! mais à quoi ? et pourquoi ? Reprenons plus en détail le récit. (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu