Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

La Pentecôte et l’homélie de saint Pierre (11)

Du bruit, des langues pareilles à du feu, des disciples qui parlent en langues diverses selon leurs interlocuteurs. Qu’est-ce que cela signifie ? Telle était la question de la foule, qui pourrait bien être aussi la nôtre ? C’est le discours de Pierre (Ac 2,14-37) qui nous éclairera à ce sujet.

Continuer la lecture

L’Esprit et la Pentecôte (9)

Certes la fête de l’Ascension est passée mais restons dans la continuité en prolongeant notre réflexion avec le récit de la Pentecôte. Bien évidemment le mot Pentecôte fait penser à ce lundi chômé par beaucoup ; une Pentecôte souvent synonyme d’un long week-end en perspective. Cependant ce n’est pas au lundi mais au jour même de la Pentecôte c'est-à-dire au dimanche que nous allons nous intéresser.

Continuer la lecture

Les (salades de) fruits de l’Esprit Saint

Fruits

Jésus élevé vers le Père, loin de leurs yeux scrutant le Ciel, les disciples sont désormais invités à regarder vers cette terre humaine où Il les avait rencontrés. Ce qu’ils avaient vu de leurs yeux, les voilà maintenant appeler à en témoigner (Ac 1,8). Témoigner non d’hier, non d’un passé, mais de cet Avenir glorieux qui a marché à leur côté.

Pourtant ils ne seront pas seuls, ni abandonnés à eux-mêmes. A ces douze, à ces cent-vingt (Ac 1,15), jusque dans leur diversité, Dieu se donne encore, les marquant de son propre Esprit, leur apprenant un langage nouveau pour une Parole unique .

Pentecôte : mélange des idiomes, confusion des langues ? Non, juste une salade de fruits où chacun à sa place : fruits trop communs et fruits trop exotiques, goût sucré et acidulé… Non pour se diluer mais pour mieux se Le révéler, pour mieux donner goût à cet Evangile. Et ce bon dosage, ces saveurs, ces senteurs… tous ces fruits sont ceux de cet Esprit promis aux disciples afin qu’ils deviennent ensemble témoins (Ac 1,8) : une bonne salade de fruits… des fruits de l’Esprit Saint. (suite…)

Continuer la lecture

Binge Drinking à Jérusalem : les ivrognes de la Pentecôte

Discours de PierreIls sont pleins de vin doux” (Ac 2,13)

Comment ces provinciaux de Galilée pourraient-ils parler d’autres langues ? Comment ces pouilleux du bord du Lac pourraient-ils, au coeur même de la Jérusalem en fête,  s’adresser à tant de pèlerins de toutes nations, si le vin ne leur était monté à la tête… Binge drinking 1 à Jérusalem. Le jugement est rapide : ‘Ils sont pleins de vin doux’. Le sentiment (qu’ils sont ivres) l’emporte sur toute recherche de vérité.

Les véritables ivrognes ne sont pas ceux qu’on croit: l’altération du jugement (du discernement) n’est-il pas le propre des effets de l’alcool ? Le sentiment immédiat semble être le critère de vérité. Je dis cela de la vie courante comme de la vie de foi. L’immédiateté, c’est-à-dire le refus de toute médiation temporelle ou/et sociale et/ou évangélique, devient force de loi et parfois force de foi. Car il en est de même de certaines interprétations de cet événement.  Le récit de la Pentecôte, ces sortes de langues de feu, ces bruits comme s’il y avait un violent coup de vent, tout cela n’est-il pas extraordinaire ?  Devons-nous donc nous enivrer de prodigieux, devenir saoul de Dieu, jusqu’à en perdre la raison ? Réduire cet évènement à ses effets emplis de merveilleux (ou de suspicions),  n’est-ce pas passer à côté de l’essentiel ? J’entends déjà certains me rétorquer : Mais c’est l’Esprit Saint ! (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.