Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Marc et le commencement (Mc 1,1)

Commencement ou dans la langue grecque de notre évangile : Archè  (Ἀρχὴ). Heureux choix de ce premier mot débutant par la première lettre de l’alphabet : A, alpha. Une initiale qui pointe vers une fin, sa finalité, son oméga ΩCommencement d’un livre proclamé encore et toujours, d’une histoire qui n’en finit pas de se déployer, d’une vie à jamais offerte. Cet archècommencement ouvre ainsi le livre, sans article pour l’annoncer, sans verbe pour l’accompagner. Sans prévenir, il surgit à nos yeux comme bientôt la voix rugira pour briser le silence du désert.  Avec ce premier mot de l’évangile de Marc,  et ses quelques lettres, émergent tant d’images d’hier et tant d’espoirs pour nos lendemains. Car ce commencement  inaugure cette nouveauté toujours actuelle : Jésus, Christ, Fils de Dieu. Et il y aura beaucoup à dire sur ce commencement et nos commencements.

Mais je veux ici m’intéresser à ce mot, dès cette première lettre, et surtout à cette main tenant calame qui l’écrivit la toute première fois, il y a près de mille neuf cent cinquante ans,  commencement de l’écriture du tout premier évangile.  Sans entrer dans les détails historiques et exégétiques (vous trouverez cela dans la boite à outils), il nous faut pourtant peser le poids de cette main qui se penche vers ce papyrus encore vierge.

(suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu