Rencontre #7 … avec une reine angoissée

  • Post published:jeudi 13 mars 2014
  • Post category:Carême

Esther_haram“La reine Esther, dans l’angoisse mortelle qui l’étreignait, chercha refuge auprès du Seigneur…” (Estg 4,17k-t) Petit résumé, parce que livre d’Esther nous ne l’ouvrons pas tous les jours. Le roi perse Assuerus (Xerxès) a répudié la reine Vasthi et décide d’organiser un concours pour choisir la future reine. Un juif exilé, Mardochée, présente sa cousine Esther. Celle-ci sera choisie pour reine mais sans avouer son appartenance au peuple Juif. Quand un pogrom est décidé par le premier ministre Aman contre les Juifs, Madochée presse la nouvelle reine d’intercéder auprès du Roi. Mais pour cela Esther doit prendre le risque de déranger Assuérus sans convocation et lui avouer sa judaïté, tout cela au risque de sa vie (Est 4,9-11) : elle demande donc à Mardochée d’inviter tous les juifs au jeûne et à la prière. C’est là qu’intervient la prière d’Esther. Et bien sûr, tout rentrera dans l’ordre, les conspirateurs contre les Juifs seront punis et Mardochée deviendra premier ministre. Tout est bien qui finit bien, et chaque année les juifs fêtent Pourim en mémoire de la victoire d’Esther (cette année c’est dimanche prochain).

Ceci étant dit, voici la prière d’une jeune fille seule. Seule au palais, seule juive parmi les païens de la cour, et elle seule peut sauver son peuple… ou mourir.  Où puisera-t-elle son courage et sa force sinon dans Celui qui ne laisse personne seul. Dans son angoisse et face à Dieu, Esther fait mémoire. Au lieu de se lamenter uniquement sur son sort, sa prière devient anamnèse et profession de foi. Elle fait mémoire de ce Dieu dont elle n’est qu’une servante, elle la reine, et qui agit dans l’histoire des  hommes.

Son véritable roi n’est plus ici Assuérus désigné comme le lion. Le véritable roi c’est Dieu. Le salut n’est pas dans les puissances de ce monde mais en Dieu. Son véritable peuple n’est plus ici la cour royale et ses intrigues, mais ce petit peuple d’Israël que Dieu a choisi. Le salut n’est pas dans les mondanités, mais dans la fraternité. Son histoire n’est plus celle d’une reine de Perse, mais celle de l’Histoire dans laquelle Dieu se donne. Ainsi nos histoires prennent tout leur sens quand on les regarde à l’aune de l’Histoire du Salut. Sa parole ne sera pas verbiage mais Parole de Dieu, celle que le Seigneur mettra dans sa bouche. Sa prière n’exige pas une intervention divine ex-machina, mais elle implore que Dieu change le cœur d’Assuérus.

Esther n’est plus seule, elle est désormais entourée et de Dieu et de son peuple. Elle s’inscrit dans le dessein divin. Aussi, elle s’abandonne à l’Espérance et à Sa Parole.

François BESSONNET

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).