Rencontre #6 … avec un homme pressé

  • Post published:mercredi 12 mars 2014
  • Post category:Carême

JonasOr, Ninive était une ville extraordinairement grande : il fallait trois jours pour la traverser. Jonas la parcourut une journée à peine” (Jon 3,1-10)

Jonas est bien la figure de l’homme pressé. Pressé par Dieu, du moins le pense-t-il, pressé par le temps mais c’est parce qu’il le veut bien, oppressé par une mission dont il ne saisit pas l’enjeu.  Et pourtant, paradoxalement, on lui attribue le titre de prophète : Allez comprendre !?

Quand Dieu lui confie une mission, Jonas n’a qu’une seule réponse : “Tu peux toujours courir !” Mais en fait, c’est Jonas qui fuit en courant comme s’il avait autre chose à faire à Tarsis (Jon 1). Certes la mission est de taille : “Lève-toi ! Va à Ninive, la grande ville, et proclame sur elle, car sa méchanceté est montée jusqu’à moi.” (Jon 1,2) Forcément, dans ces conditions qui ne fuirait pas ! Pourtant, Dieu ne choisira pas, comme il aurait pu le faire, un autre prophète. Non, Il choisit Jonas avec insistance. Après l’épisode du gros poisson, Jonas accepte. Mais la description de l’annonce de sa parole est savoureuse. Là où au moins trois jours auraient été nécessaires, Jonas met moins d’une journée. On imagine ce prophète courant au milieu d’une ville païenne en proclamant la Parole du Seigneur… pressé d’en finir !

Mais le message passe : le peuple puis le roi se convertissent, se sont laissés toucher par la Parole de Dieu. Tous, y compris les bêtes, font œuvre de repentance : la Parole de Dieu atteint et concerne l’ensemble de la création. Jonas aurait pu s’en réjouir, mais il court encore pour se réfugier hors de la ville sous une hutte. La logique aurait voulu que la ville soit détruite, du moins la logique de Jonas pas celle de Dieu. Le seul dans l’histoire à refuser la conversion, l’accueil de la Parole, c’est Jonas. Et pourtant c’est bien lui le prophète que Dieu appelle !

Et c’est bien nous que Dieu appelle aussi. Or nous avons tous un Tarsis où nous réfugier pour éviter la mission que Dieu nous donne d’annoncer sa Parole de Vie. Nous avons toujours mieux à faire, et nous connaissons d’autres qui le feraient mieux à notre place. Pourquoi nous ? Pourquoi moi  ? Nous avons tous une hutte dans laquelle nous enfermer avec notre confort sécurisant. Dieu choisit cet incompétent, Dieu nous choisit avec nos incompétences. Ni la mission, ni la conversion, ni la Parole de Dieu ne sont affaires de compétence.

Peut-être que notre témoignage (même en passant, même avec nos maladresses)  en a plus de valeur. Dieu a voulu que Jonas aille à Ninive, la grande ville païenne, afin de manifester son amour envers ce petit prophète et tous les petits, les faibles, les incompétents, les timides, les tièdes… Ce n’est pas un hasard si dans le livre de Jonas, le peuple se convertit avant le roi. Nous avons tous un Ninive qui nous attend malgré nos supposées inaptitudes, car Celui qui œuvre, à travers nous, c’est Dieu lui-même, et plus que Jonas, le Christ lui-même.

 

François BESSONNET

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).