Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Veillez ! (Mc 13,24-37)

Mc 13,24-37 Discours de Jésus, la venue du fils de l’homme (2nde partie)

La venue du Fils de l’homme

Mais en ces jours-là, après cette détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus son éclat, les étoiles du ciel tomberont, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et gloire. Et alors il enverra ses anges et rassemblera ses élus des quatre vents, de l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel. (13,24-27)

Michel Ange, Le Jugement Dernier, Chapelle sixtine, 1541Au Mont des Oliviers, la question des disciples portait sur l’avènement d’un signe annonçant la fin au Temple. La réponse de Jésus, dans une première partie, a exclu de ces signes annonciateurs les  guerres, séismes, famines et autres catastrophes. Car la tribulation annoncée, le commencement des douleurs, concernait en premier lieu la vie même des disciples face aux persécutions. Maintenant, au cœur de son discours, Jésus “décrit” la fin : le jugement définitif de Dieu. Mais en fait de description, il s’agirait plus d’allusions. (suite…)

Continuer la lecture

Prenez garde ! (Mc 13,5-23)

Mc 13,5-23 La venue du Fils de l’homme (1ère partie)

Prenez garde !

Prenez garde que personne ne vous égare. Beaucoup viendront sous mon nom, disant : ‘C’est moi’ ; et ils en égareront beaucoup. Alors, quand vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guerres, ne vous troublez pas. Il faut que cela arrive mais ce ne sera pas encore la fin. On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume ; il y aura des séismes par endroits ; il y aura des famines. Ce sera le commencement des douleurs de l’enfantement. (13,5-8)

Pablo Picasso, Guernica, 1937Les paroles de Jésus aux quatre premiers disciples ne sont pas des plus optimistes. Et la suite du discours prendra des airs quasi apocalyptiques. Et cela pourrait bien y ressembler. Le mot apocalypse signifie ‘révélation’ et renvoie à un genre littéraire, mêlant visions d’avenir et langage symbolique1 visant, dans un contexte de crise violente, à révéler aux croyants l’espérance d’une issue favorable liée à l’intervention de Dieu. Ici, tout en reprenant le style apocalyptique, Marc, par les paroles de Jésus, évite tout catastrophisme désespérant et tout angélisme naïf, comme nous allons le voir. Ainsi, si les paroles de Jésus débutent par ce ‘Prenez garde !‘, elles se termineront par cet autre impératif  : ‘Veillez !‘ (13,37) (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu