Les sadducéens et la résurrection (Mc 12,18-27)

Les sadducéens et la résurrection (Mc 12,18-27)

Mc 12,18-27 Question des sadducéens sur la résurrection

Les sadducéens et la Loi

Viennent alors auprès de Jésus, des sadducéens lesquels disent qu’il n’y a pas de résurrection, et ils l’interrogeaient : « Maître, Moïse a écrit pour nous que si le frère de quelqu’un meurt, laissant sa femme, et sans enfant, son frère doit prendre sa femme pour susciter une postérité à son frère. (12,18-19)

Ernst_Karl Georg Zimmerman, Jésus et des pharisiens,1900Après le groupe des pharisiens et hérodiens, se présente maintenant celui des sadducéens, pour la première et dernière fois en Marc. Parti religieux, les sadducéens regroupent, pour l’essentiel, des familles sacerdotales, prêtres et grands-prêtres. Il n’est donc pas étonnant de les rencontrer dans ce Temple dont ils ont la charge. C’est aussi la première fois qu’est soulevée, de manière formelle, la croyance en la résurrection. Mais que vient faire cette réflexion particulière, ici et à ce moment ?

Lire la suite Lire la suite

Le denier de César (Mc 12,13-17)

Le denier de César (Mc 12,13-17)

12,13-17 L’impôt à César

Prendre au piège

Alors ils envoyèrent auprès de lui quelques-uns des pharisiens et des hérodiens pour le prendre au piège dans ses paroles. (12,13)

Psautier de la Reine Marie, 1320, British Library, fol. 214, Christ enseignantDans l’épisode précédent, Jésus avait mis en image son autorité de fils bien-aimé, face au pouvoir malveillant des vignerons dans lesquels se reconnurent les grands-prêtres, anciens et scribes.  Mais à cause de la foule, ils ne purent se saisir de lui (12,12). Désormais, il ne leur reste qu’à confondre Jésus par un autre moyen : le mettre en cause publiquement et retourner cette foule contre lui. Trois groupes religieux vont ainsi se succéder pour tenter de le piéger : des pharisiens accompagnés de partisans d’Hérode (12,13-17), des sadducéens (12,18-27) puis des scribes (12,28-34). Dès lors, plus personne n’osa l’interroger (12,34). Jésus poursuivra donc son enseignement dans le Temple (12,35-40) avant l’épisode de l’offrande de la veuve (12,41-44). Ce sont donc deux monnaies qui encadrent l’ensemble de cette section : le denier de César  et le quart d’as pour le trésor du Temple.

Lire la suite Lire la suite

Vignerons meurtriers et vie donnée (Mc 12,1-12)

Vignerons meurtriers et vie donnée (Mc 12,1-12)

Mc 12,1-12 La parabole des vignerons homicides

De la vigne aux vignerons

Jésus se mit à leur parler en paraboles. « Un homme planta une vigne ; il l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour ; puis il la confia à des vignerons et partit au loin. (12,1)

Vendanges de hautains en automne de l'an 1390 Tacuinum Sanitatis (ca. 1390), Wien, Codex Vindobonensis Series nova 2644, fol. 54 versoPour mémoire, nous sommes toujours au Temple, lors de la confrontation de Jésus avec la triade des grand-prêtres, anciens, et scribes. Jésus maintenant développe sa réponse. Il n’a pas voulu leur révéler d’où il tenait son autorité, mais il a autre chose à leur dire. Et de leur livrer cette parabole mettant en scène un homme, sa vigne pour laquelle il a tout fait, et qu’il confie à des vignerons.  À ce point du récit, l’image de la vigne est connue de ses auditeurs. Avec l’évocation de la tour et du pressoir, Jésus reprend les mots mêmes du prophète Isaïe : Que je chante pour mon ami, le chant du bien-aimé et de sa vigne: Mon bien-aimé avait une vigne sur un coteau plantureux. Il y retourna la terre, enleva les pierres, et installa un plant de choix. Au milieu, il bâtit une tour et il creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, il n’en eut que de mauvais (Is 5,1-2 ).

Lire la suite Lire la suite

Du ciel ou des hommes ? (Mc 11,27-33)

Du ciel ou des hommes ? (Mc 11,27-33)

Mc 11,27-33 L’autorité de Jésus et du baptiste

Entre le figuier et le vigne

Ils viennent de nouveau à Jérusalem. Et pendant que Jésus marchait dans le Temple, les grands-prêtres, les scribes et les anciens viennent vers lui, et lui dirent : « Par quelle autorité fais-tu cela ? ou qui t’a donné cette autorité pour le faire ?  » (11,27-28)

Ilyās Bāsim Khūrī Bazzī Rāhib, Evangiles, Mss, 1684Après la remarque de Pierre sur le figuier desséché, nous rentrons dans le Temple de Jérusalem pour la troisième fois1. Comme si tout se déroulait lors d’une seule et même journée, Marc place maintenant Jésus face à ses contradicteurs depuis les grands-prêtres (11,27) jusqu’aux scribes (12,28). Jésus quittera alors le Temple (13,1) pour revenir à Béthanie (14,3)

Ce premier débat se situe, dans cet évangile, entre les images du figuier et ses marchands du Temple (11,12-25) et la parabole de la vigne et ses vignerons homicides (12,1-12). Deux passages qui évoquent à leur manière le proche rejet de Jésus. Et ce n’est pas un hasard, si les acteurs du débat d’aujourd’hui sont les mêmes que ceux cités lors de la première annonce de la passion : Il faut que le Fils de l’homme […], soit rejeté par les anciens, par les grands-prêtres et les scribes2 (8,31). Ce rejet a maintenant un motif : l’autorité même de Jésus.

Lire la suite Lire la suite

Le Temple, ses marchands et son figuier (Mc 11,12-26)

Le Temple, ses marchands et son figuier (Mc 11,12-26)

Mc 11,12-26 L’expulsion des marchands du Temple, et le figuier maudit

La faim de Jésus et la fin d’un figuier

Le lendemain, après qu’ils furent sortis de Béthanie, il eut faim. Voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il n’y trouverait pas quelque chose ; et s’en étant approché, il n’y trouva que des feuilles ; car ce n’était pas la saison des figues. Alors il dit au figuier : « Qu’à jamais personne ne mange plus de ton fruit ! » Et les disciples écoutaient. (11,12-14)

Brooklyn Museum, The Accursed Fig Tree (Le figuier maudit) - James Tissot, 1894Voilà quelques versets bien étranges qui nous présentent un comportement de Jésus peu commun. Quel est donc ce caprice de Jésus qui, pris d’une faim soudaine au sortir de Béthanie,  exige des fruits hors saison, et parle à un arbre ? La mention des disciples qui écoutaient évite de prendre la scène au premier degré. Ils écoutent car ils ont des oreilles pour entendre (4,9.23.33; 8,18) les paraboles de Jésus, dont celle du semeur et de la semence qui porte ou non des fruits (4,1-20). « Écoutez ! » (4,3) leur demandait Jésus. Ils écoutent la scène comme un enseignement de Jésus tel celui sur les traditions des anciens (7,14) ou ses explications sur les pains multipliés et le mauvais levain (8,18). C’est donc un autre enseignement en parabole qui se déroule à nos yeux, et qui nous permettra de mieux saisir la suite du récit.

Lire la suite Lire la suite

Un ânon pour Jérusalem (Mc 11,1-11)

Un ânon pour Jérusalem (Mc 11,1-11)

Mc 11,1-11 Entrée solennelle à Jérusalem

À l’approche de Jérusalem

Quand ils approchent de Jérusalem, vers Bethphagé et Béthanie, près du Mont des Oliviers, Jésus envoie deux de ses disciples, en leur disant : « Allez au village qui est devant vous ; et aussitôt que vous y entrerez, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Et si quelqu’un vous dit : Pourquoi faites-vous cela ? Dites : Le Seigneur en a besoin et il le renverra aussitôt ici. » (11,1-3)

Jan van Scorel, l'Entrée du Christ dans Jérusalem, 1526L’épisode que nous propose Marc est repris également dans les trois autres évangiles1. Habituellement, ce passage est intitulé : Entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Mais la version de Marc n’a rien de triomphale. Comme nous le verrons, la venue de Jésus à Jérusalem est narrée brièvement et se termine de manière abrupte, sans triomphalisme. L’élément le plus énigmatique, chez Marc, demeure la place prépondérante de l’ânon. C’est le héros du jour. La petite bête de somme est plus présente dans le récit que Jésus lui-même. C’est finalement elle que nous suivons et qui nous ouvre les portes de Jérusalem et du Temple.

Lire la suite Lire la suite

Bartimée et les murs de Jéricho (Mc 10,46-52)

Bartimée et les murs de Jéricho (Mc 10,46-52)

Mc 10,46-52 La guérison de l’aveugle Bartimée

D’un aveugle à l’autre

Guérison d'un aveugle, El Greco, 1570L’épisode de la rencontre entre Jésus et Bartimée constitue la seconde guérison d’aveugle dans l’évangile de Marc. Avec celle  de Bethsaïde, elles encadrent les trois annonces universelles1 de la passion de Jésus et ses implications dans une vie ecclésiale faite d’humilité et de service.

Lire la suite Lire la suite