Rencontre #18 … avec un menteur angélique ?

  • Post published:mardi 25 mars 2014
  • Post category:Carême

Annoniation-da-MessinaVoici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. (Lc 1,26-38)

Grand, Fils du Très-Haut, Roi sur la maison de Jacob à la suite de David et pour toujours… L’ange Gabriel annonce un avenir fabuleux à ce fils promis. Mais pourquoi cache-t-il à Marie, la vérité sur l’avenir de son enfant : ses pérégrinations poussiéreuses sur les chemins de Galilée, une armée de malades, d’aveugles, de pécheurs  à sa suite, un petit prédicateur devant faire face aux grands scribes et pharisiens, un fils de charpentier qui finira sur une croix comme un bandit ou un esclave !? l’Ange Gabriel aurait-il menti à Marie en promettant un avenir royal à son fils  ? Ange, porteur de la Parole de Dieu, et menteur, voilà de quoi nous étonner.

Bien sûr, nous, nous le savons. Nous pouvons ‘spiritualiser’ cette annonce faite à Marie. Mais en ce début de l’évangile, que pouvait comprendre Marie sinon que ce fils donné de Dieu serait promis à un destin glorieux, au sens obvie du terme. Pourquoi taire à Marie l’échec (apparent) de la croix ? Pourquoi présenter les choses ainsi alors que nous, lecteurs, nous aurions été à même de comprendre : car c’est bien à nous que l’évangile est destiné ?

Les paroles de l’ange Gabriel nous offrent le programme final et supposé de l’évangile : la victoire royal du Christ. Mais la Gloire victorieuse selon Dieu, n’est pas ce que peuvent s’en imaginer les hommes. Luc veut ainsi, tout au long de son évangile, convertir nos regards à la Croix. Son évangile est un chemin de conversion pour chacun de nous, en nous mettant à l’écoute de Jésus durant son ministère. L’évangile nous invite à la conversion, à mettre fin à nos prétentions mondaines. Nous sommes, pour ainsi dire, entraîner vers la croix avec le Christ, et au-delà.

Ce n’est certainement pas un hasard si les termes utilisés par l’ange vont par la suite concerner tout autant le Christ que ses disciples. Ainsi :

Il sera grand.
Si Jésus, après avoir rendu la vie au fils de la veuve de Naïm, est acclamé comme un grand prophète qui s’est levé parmi nous (Lc 7,16), il déclarera plus tard à ses disciples : Celui qui est le plus petit parmi vous, c’est celui-ci qui est grand (Lc 9,48). Ou encore lors de la Cène annonçant sa passion : que le plus grand parmi vous se comporte comme le plus jeune, et celui qui gouverne comme celui qui sert. Quel est en effet le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est à table ? Et moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert ! (Lc 22,26-27)

Il sera appelé Fils du Très-Haut.
Et en s’adressant aux foules, Jésus déclarera :  aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car il est bon, lui, pour les ingrats et les méchants (Lc 6,35). Et cet amour des ennemis, ce don bénéfique sans rien attendre en retour, ne l’accomplira-t-il pas sur la Croix lorsqu’il demandera le pardon à ceux qui l’ont crucifié et injurié ? Nous sommes ainsi invités à entrer dans cet amour ‘inconcevable’ sans lui.

Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin.
Ce trône sera cette croix, pour un roi couronné d’épines. Mais cette Croix nous concerne tous et nous emmène dès aujourd’hui dans son royaume. Ainsi le “bon” larron professera-t-il : Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume. Et il lui dit : ” En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis. “ (Lc 23,42)

Accepter avec Marie les paroles de l’ange, c’est accepter de faire ce chemin de conversion, nous laisser entraîner par le Christ jusqu’à la vérité de la croix et du tombeau vide. Ce que Gabriel annonce à Marie, c’est notre propre conversion.

 

François BESSONNET

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).