Rencontre #20 … avec un intello de scribe

  • Post published:vendredi 28 mars 2014
  • Post category:Carême

jesus2Un scribe s’avança vers Jésus et lui demanda : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » (Mc 12,28-34)

Et le scribe de répéter la même chose comme pour affirmer qu’il est (presque) sur la même longueur d’onde. A lire ce passage de l’Evangile de Marc, on se demande à quoi sert ce dialogue, sans contestation, sans heurt, où, pour une fois, tout le monde est d’accord. C’est d’ailleurs la seule fois, en Marc, où Jésus est du même avis qu’un scribe. Enfin, presque du même avis…

Car, à y regarder de plus près, la réponse du scribe diffère légèrement de celle de Jésus : Fort bien, Maître, tu as raison de dire que Dieu est l’Unique et qu’il n’y en a pas d’autre que lui.
L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices.

A la question du scribe, Jésus répond en citant deux textes de la Loi : Dt 6,4-5 sur l’amour de Dieu et Lv 19,18 sur l’amour du prochain. Deux prescriptions de la Loi qu’il associe. Jésus n’invente rien, il reprend toute la tradition juive issue des prophètes et de la Loi : l’amour de Dieu est indissociable de l’amour du prochain. Le scribe reprend les mêmes citations en ajoutant un verset du livre d’Osée (Os,6,6) : cela vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices. Il conforte ainsi Jésus dans son interprétation de la Loi. Jusque là tout va bien : c’est mignon, c’est gentil… mais quoi de plus ?

On pourrait observer dans le détail des différences de citations : Jésus ajoutant au commandement ‘de toute ton esprit/vie et le scribe traduisant ‘de toute son intelligence‘… cela mériterait une étude approfondie et certainement enrichissante. Mais une autre différence m’a interpelé. Au double commandement ‘Tu aimeras…’ , le scribe répond en usant du verbe à l’infinitif :’aimer‘. Il lui manque un sujet : ‘Je‘, ‘Tu‘ ou ‘Nous‘ pour que sa réponse en soit véritablement une. La question du premier commandement demeure pour lui dans le domaine de l’intelligence, de la réflexion, de la théologie… mais sans chair, sans l’implication de toute sa personne. En reprenant les paroles de Jésus, le scribe admire sa vision : Aimer Dieu et son prochain sont une seule et même Loi. Il lui manque simplement de s’y impliquer. “Que j’aime Dieu, et mon prochain” ou “Que nous aimions Dieu et notre prochain”… dans nos vies, en acte et en esprit.

Voilà pourquoi, le scribe n’est pas loin du Royaume de Dieu. Il en est même très proche. Ce Royaume c’est Jésus lui-même qui se tient à ses côtés. Lui seul incarne et nous révèle le véritable amour de Dieu et du prochain.

François BESSONNET

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).

Cet article a 2 commentaires

  1. François

    @Stéphane : Merci, j’espère que parmi toutes ces petites rencontres de carême, vous trouviez comme moi quelques pas à faire pour raccourcir ces distances… en sachant qu’heureusement Dieu fait toujours un pas (voire plus) vers nous !

  2. Stéphane

    Voilà un commentaire qui me parle! C’est un vrai chemin de passer de l’intelligence, du concept au “coeur”, à la chair. Un chemin qui n’est peut-être pas très long en “distance” (ce n’est pas loin du Royaume) mais, (en tout cas pour moi), long en temps…
    C’est vraiment la question de l’amour qui est posée ici : que signifie vraiment “aimer avec ma chair” : qu’est-ce qui aime en moi quand j’aime avec ma “chair” (“tout moi justement?), qu’est-ce que j’aime en l’autre quand je l’aime avec ma “chair”…? (tout lui?) Et si je n’aime pas d’abord avec ma chair, est-ce que j’aime vraiment?… Ce serait quoi cet amour dont la chair serait absente ou en second plan?…
    En fait, je prends conscience que je suis un “intello de scribe”! Oh la la!
    Je découvre votre blog via “sccop it!) : je me régale! 🙂

Les commentaires sont fermés.