Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Récits bibliques vu autrement

Rentrée d’ivrogne

 Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Lc…

Continuer la lecture

(14 – Fin) Jour d’ivresse

Le manuscrit de la Pentecôte

14. Jour d’ivresse.

Je ne saurais, encore aujourd’hui, décrire avec précision tout ce qui nous est advenu ce jour de la Pentecôte. Non, que je ne m’en souvienne plus mais ce que nous avons vécu tient plus de l’indicible. Il est ainsi des expériences si fortes qu’on ne peut raconter sans risquer qu’ils perdent de leur sens.

(suite…)

Continuer la lecture

(13) Les pèlerins de la Pentecôte

grand-pretreLe manuscrit de la Pentecôte 13. Les pèlerins de la Pentecôte.

Dans quelques jours Jérusalem allait célébrer la fête des Semaines. Les pèlerins affluaient venant de Judée et de Galilée, mais aussi de Tyr et de Sidon, depuis l’Egypte ou la Mésopotamie. J’aimais rencontrer ces voyageurs. Ils me parlaient de leur pays lointain, de leur périple, de leur commerce, de leur récolte, ou de leur saison de pêche… Et moi, je n’osais leur raconter Celui qu’ils ne connaissaient pas encore. Mais je me réjouissais de les voir, riches et pauvres, venir se rassembler pour célébrer notre Dieu qui nous fit sortir d’Egypte et nous donna sa Loi1. J’aimais les accompagner pour leur faire découvrir la ville, l’avancée des travaux du Temple. (suite…)

Continuer la lecture

(12) L’homme du réconfort

Le manuscrit de la Pentecôte

12. L’homme du réconfort.

J’étais donc devenu l’un des Douze1. Cela ne bouleversa pas ma vie dans la communauté. Tout au plus, j’avais été chargé de la bourse commune, à la suite de Judas, afin de pourvoir au besoin de chacun. Comme au temps de Jésus, nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes et de quelques dons mais ces derniers se faisaient rares depuis sa condamnation. Or, il arriva, alors que je me trouvais au Temple, sous le portique de Salomon, qu’un homme s’approcha. Je le reconnus : il était, comme moi autrefois, marchand d’épices et de vin. J’avais, bien des fois, commercé avec lui. Il s’appelait Joseph et était originaire de Chypre2. C’était un homme pieux3. Il était actuellement à Jérusalem pour la fête des Semaines et en profitait pour régler quelques affaires. Il me demanda, alors, à voir ce rabbi nommé Jésus qu’il avait écouté un jour au Temple. (suite…)

Continuer la lecture

(11) Le choix des Douze

Le manuscrit de la Pentecôte

11. Le choix des Douze

Les jours qui suivirent1, les pèlerins vinrent à Jérusalem pour la fête des semaines2. Marie, la mère de Jésus nous avait rejoint ainsi que les frères de Jésus3. Quelques disciples descendus de Galilée avaient également grossi notre petit groupe. Joseph Barsabbas4 prenait soin d’accueillir tout ce petit monde dans sa modeste demeure. Le soir nous nous réunissions tous dans la chambre haute. Nous savions.

Un soir, après la prière et le partage du repas, les onze se levèrent. Simon-Pierre prit alors la Parole pour nous faire part de leur intention de choisir un nouvel apôtre succédant à Judas. (suite…)

Continuer la lecture

(9) Le retour de Barabbas

Le manuscrit de la Pentecôte

9. Le retour de Barabbas

A l’approche de la fête de la Pentecôte, notre présence à Jérusalem gênait les autorités pharisiennes comme les chefs du Temple1. Les uns comme les autres craignaient une insurrection de notre part. S’ils avaient pu nous voir, pourtant, tout tremblant, nous : pêcheurs, publicains, zélotes, … petit groupe interlope sans animosité aucune, ni défense. Lorsque la délégation des pharisiens nous eut quittés, un homme alors se présenta à la porte de la maison. Certains d’entre nous l’avaient déjà aperçu depuis quelques jours : un homme, caché sous son manteau, semblait nous suivre, nous épier.

L’homme dit se nommer Jésus Barabbas2. A ce nom, beaucoup reculèrent ayant reconnu en lui, celui qui fut relâché à la place de Jésus de Nazareth. Depuis quelques temps, nous dit-il, lui et ses compagnons surveillaient le quartier afin de nous protéger des gardes du Temple et des romains. Il disait avoir une dette envers notre maître et qu’il mettait ses armes à notre service, prêt à nous défendre et à nous servir pour une révolte. Ce que les grands-prêtres et les pharisiens craignaient, les zélotes, eux, l’espéraient. Simon-Pierre, Jacques et Jean lui redirent que pour nous, notre espérance était désormais en Christ. Barabbas se mit en colère. Simon qui le connaissait3 et, qui hier aurait volontiers pris les armes4, essayait de convaincre Barabbas que nos intentions n’avaient rien de belliqueuses.

(suite…)

Continuer la lecture

(8) La paix menacée

Le manuscrit de la Pentecôte

8. La paix menacée

En revenant parmi les disciples, je retrouvais cette paix que j’avais laissée mais qui désormais était aussi la mienne1. Le sourire de Thomas2 suffisait pour comprendre qu’à lui aussi, il s’était manifesté. Les jours qui suivirent furent plutôt calmes. Nous pouvions sortir sans trop de crainte : les soldats, les grands-prêtres paraissaient nous avoir oubliés. Chaque matin, nous allions ainsi au Temple avant de nous rendre au jardin des Oliviers. Là, nous nous faisions mémoire de Jésus, de ses paroles et ses actes. Nous apprenions encore de lui, comme si désormais tout prenait sens, tout s’éclairait : chacun de ses mots, de ses gestes d’hier nous amenait à saisir davantage ce lien si intime avec ce Père qu’il nous révélait et qui il était : Jésus, Christ, Fils de Dieu. Sa croix, sa résurrection prenaient alors tout leur sens. Sa parole nous nourrissait encore et forgeait notre unité.

(suite…)

Continuer la lecture

(7) La rencontre

Le manuscrit de la Pentecôte

7. La rencontre

M’ignorait-il à ce point pour ne point se manifester devant moi ?1 J’avais besoin de comprendre, de savoir, de voir clair. C’est ainsi que je partis en quête de réponses. Je connaissais des hommes qui pourraient m’éclairer. Je me rendis d’abord auprès de Nicodème2. Je lui avouais que je ne voyais guère d’avenir pour notre petit groupe : l’aventure était finie. Certes nous pourrions continuer à nous rassembler, à faire mémoire de lui, mais dans quel but ? Mes questions avaient l’air de le surprendre. Il se mit à parler de Jésus, de sa sagesse : sa vision de l’homme, de Dieu, sa miséricorde envers les pécheurs, son amour envers les exclus, son interprétation originale de la Loi. Il me disait l’urgence de poursuivre la tâche de Jésus, de récolter ses enseignements avant de conclure : « Sa sagesse, nous permettra de nous rendre saints et irréprochables aux yeux de Dieu, notre Père. Ainsi adviendra son Royaume » Mais sa réponse ne me satisfaisait nullement. Je ne pouvais penser que le Royaume pouvait uniquement dépendre de nos actes. Plus encore, au fond de moi, je savais que nulle sagesse, nul discours, ne pouvaient remplacer Sa présence. Mais était-il encore vivant ou n’était-ce qu’un esprit ?

(suite…)

Continuer la lecture

(6) Croire sans voir ?

Le manuscrit de la la Pentecôte 6. Croire sans voir ?

Jn20 ThomasJe me trouvais donc là, à la synagogue de Cana, où quelques hommes du village s’étaient rassemblés1. Les jumeaux s’y trouvaient avec leur père. Lorsque Thomas me vit, il eut l’air surpris. Il me fit signe de sortir. Mais, étrangement, je ne savais que lui dire, par où commencer ? Autant je m’étais surpris à relater ces derniers évènements, autant j’étais sans voix devant Thomas. J’avais peur de lui dire… et lui dire quoi ? D’où me venait cette peur étrange, cette boule au ventre, cette gorge sèche ?

(suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.