Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

La porte ! N%* de D*%¤ !!!

Je suis la porteNon, mais pour qui se prend-il ce Jésus de Nazareth ? – Pour une porte !

Une porte ? C’est gondcon stupide, une porte : çà s’ouvre, çà se ferme et c’est tout ! D’ailleurs c’est bien une chose à laquelle on ne prête guère attention justement : elle fait partie de notre quotidien invisible voire de nos automatismes. Enfin presque, suffit de se rappeler les expressions comme : claquer la porte, sortir par la porte et rentrer par la fenêtre , portes-ouvertes, voir midi à sa porte, balayer devant sa porte , sortir/entrer par la grande porte, écouter aux portes, frapper à la bonne porte, mettre la clé sous la porte, mettre à la porte, et j’en oublie… (euh porte-serviettes ??) Ah si j’me souviens : Tire la bobinette et la chevillette cherra.

Je suis la porte”… Qu’est-ce qu’il nous fait là Jésus : “Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi il sera sauvé. Il entrera et sortira, et trouvera pâturage.” (Jn 10,9).

Au fait- petit message personnel à nos évangélistes inspirés (oui vous là-haut, les Luc, Matthieu, Marc, Jean… vous m’entendez ?) : faudrait quand même vous entendre : Je suis la porte (Jn 10,9) ET je me tiens à la porte et je frappe (Ap 3,20),  ET  Dès que le maître de maison se sera levé et aura fermé la porte, et que, restés dehors, vous vous serez mis à frapper à la porte en disant : “Seigneur, ouvre-nous”, il vous répondra : “Je ne sais d’où vous êtes. (Lc 13,25 ). Bon alors il est à la porte, à l’intérieur ou il est la porte ? (Merci les gars d’envoyer votre réponse par mail – cf formulaire de contact- et éviter une réponse en songe, je ne me souviens jamais de mes rêves !)

Bon je reprends : c’est pas clair ! Jésus est la porte, mais faut rentrer ou sortir ? On entre, on est sauvé, on sort on trouve pâturage… C’est un choix cornélien :  être sauver (et crever la dalle) ou bouffer à satiété (mais tant pis pour le salut)… n’un-porte-nawak ! Pourquoi nous demander d’entrer par la porte si c’est aussi pour en sortir ? Quoique finalement, une porte çà sert à çà : entrer ET sortir. Finalement c’est vachement libérant une porte : on entre pour se reposer, se mettre à l’abri, en sécurité, mais ce n’est pas une porte de prison ou de coffre-fort… on en sort, pour aller à l’air libre, se nourrir de la vie, du Royaume. Pas de porte définitivement close : on ne reste ni à jamais à l’intérieur pour le salut des claustrophobes, ni pour toujours à l’extérieur pour le salut des agoraphobes (c’est une image bien sûr !). C’en est même pacifiant, aussi pacifiant qu’un berger qui garde ses brebis, les protège de son mieux, sans pour autant les tenir en laisse, les connaît par leur nom (Euh ? Quel berger connait ses brebis par leur nom?).

Finalement Jésus est bien LA porte. La preuve, Crucifié et Ressuscité, il se manifeste à ses disciples emmurés de peur : Le soir de ce même jour qui était le premier de la semaine, alors que, par crainte des autorités juives, les portes de la maison où se trouvaient les disciples étaient verrouillées, Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit: «La paix soit avec vous.» (Jn 20,19) C’est bien lui qui va ainsi leur permettre ce passage de la crainte de la mort à l’audace de la vie et de la Foi, ce passage de l’angoisse à la Paix face au danger, ce passage du ‘verrouiller’ à la Liberté. Car si Jésus est la porte, sur cette porte, il n’y a pas de clef.

 

Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit: «La paix soit avec vous.» (Joh 20:19 TOB)Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit: «La paix soit avec vous.» (Jn 20,19)

François

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).

Cet article a 1 commentaire

  1. Jésus : une porte qui ne sortait pas souvent hors de ses gonds.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :