Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Guérison pour un enfant … son père et les disciples (Mc 9,14-29)

Mc 9,14-29 Guérison d’un enfant possédé

Le retour de Jésus

Revenant vers ses disciples, ils virent une foule nombreuse autour d’eux, et des scribes qui discutaient avec eux. Toute la foule fut aussitôt stupéfaite en voyant Jésus et accourut pour le saluer. Il leur demanda : “De quoi discutez-vous avec eux ? ” (9,14-16)

1605, Transfiguration, Rubens-(détail)Les peintres Raphaël (†1520 →voir tableau) et Rubens (†1577 →voir tableau), entre autres, ne s’y sont pas trompés. Au bas de la scène de la Transfiguration, figure également, dans leur œuvre respective, l’illustration de la guérison de l’enfant possédé. Dans les évangiles synoptiques, les deux récits se suivent et sans doute faut-il en effet les relier l’un à l’autre. (suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #5 … avec les rabâcheurs

TaizéLorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé.  Vous donc, priez ainsi : Notre Père,...” (Mt 6,7-15)

Je veux bien faire partie, Seigneur, de ces rabâcheurs, de ces perroquets de la prière : ne m’arrive-t-il pas parfois de réciter une de ces prières tellement connues et sues que je prononce le mot ‘Amen’ sans m’être aperçu de l’avoir commencée. Seigneur, tu ne veux pas que l’on rabâche mais tu nous donnes une prière que nous risquons nous-mêmes réciter sans en goûter toute la teneur. Que serait donc une prière que l’on ne rabâcherait pas ? (suite…)

Continuer la lecture

Ton bol de riz… je le vomis !

vomirCher pénitent-blogueur,
(et cher lecteur-jeûneur),

Ces jours derniers, j’ai lu avec quelle gourmandise ton blog catho s’est jeté sur le pape carême. Je me dois de te dire (charité fraternelle oblige) que je n’y ai lu qu’une déplorable litanie de ton “Je”.

Tes efforts individualistes individuels me fatiguent ! Ta course à la masturbation mortification personnelle m’épuise.

A quoi bon chanter (ou titrer) “Avec toi, NOUS irons au désert” si c’est pour t’y retrouver seul ?
A quoi bon pleurer la renonciation de Benoît XVI et louer, à juste titre, le ministère de ce ‘chef’ de l’Eglise… si  cette même Eglise est absente de ton carême ?
A quoi bon s’être glorifié de ta participation à des manifestations contre ‘le mariage pour tous’, si, durant ce carême, les seules manifestations de tes ‘pénitences’ se résument à un ‘pour moi’  ou à ‘un moi pour les autres’ ? (oui, il y a des charités égoïstes)
(suite…)

Continuer la lecture
Carême : un peu de ‘cilice con carne’ ?
par JimForest (flickr)

Carême : un peu de ‘cilice con carne’ ?

Création d'Adam (cathédrale de Chartres)C’est la grande interrogation catholique du moment : de quoi vais-je me priver ? quels efforts à faire ? quels privations,  quels sacrifices ?… c’est le carême dans le carême, souffrir un questionnement et trouver comment ‘bien’ souffrir… enfin pour les plus doloristes. Ne vous inquiétez pas : des conseils vous sont donnés sur le martinet  et trouverez le cilice con carne à votre taille, dans cette cilice con vallée de larmes. Pourtant je me souviens encore de cette phrase du livre de Maurice Bellet “Minuscule traité acide de spiritualité” (une bonne lecture pour ce carême):

Au moment de sa passion, le Christ ne se flagelle pas lui-même.
La mortification qu’on lui afflige lui parait suffisante.

Certains blogs  ont même un vieux et mauvais goût  ‘New Age’ pour qui le carême est une bonne occasion de ‘faire le ménage’ (d’autres diraient de nettoyer ses chakras) – une philosophie du “bien-avec-soi”. Cool : le carême peut nous libérer du Nutella™ : ‘Nutella, sors de cet homme !… euh Cruella ??“.  Bref,  il y a comme un air d’activisme  dans tout ce brouhaha caresmatique. (suite…)

Continuer la lecture

Et ne nous soumets pas à la cyberaddiction

Et non vous ne rêvez pas : il s’agit bien d’une clef USB en forme de croix ou bien d’un crucifix  possédant une clef USB (c’est comme vous le voulez !)  Je connaissais la croix-briquet, la croix-lampe de poche, mais pas encore la croix-USB. Il faut donc désormais traduire le sigle USB par “Une Sainte Babiole”. Non, je sais que vous allez me poser la question, le site ne vend pas encore l’ordinateur en forme de missel, ni de missel intégrant une connexion web, mais çà ne saurait tarder. La notice ne dit pas si cette croix-usb se lit de préférence sur PC (Plutôt Catho) ou sur MAC (Merveilleux Adepte Chrétien), ni si le fait de la brancher à un ordinateur équivaut à une bénédiction “Que le Seigneur veille sur mes fichiers !” ou à un exorcisme : ” Bill Gates et Google sortez de cet ordinateur !!! “. (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu