Jérusalem enneigée

La neige à Jérusalem est chose rare et étonnante. Au-delà des clichés “carte postale” et “reportage TV”, la ville prend des habits mystérieux sous l’amoncellement généreux des flocons blancs.

Jérusalem sous la neige

Tout s’arrête : la circulation des voitures comme des piétons et les rideaux des magasins restent clos. La ville devient silencieuse et déserte, sans cris des marchands, sans klaxon.

Seuls quelques enfants en profitent pour jouer, la plupart n’ont jamais vu autant de neige, événement qui n’arrive que tous les dix ans environ. La nature fut généreuse cette fois-ci. Après une journée et une nuit de chute ininterrompue, 20 cm (au moins) couvrait les rues de la ville qui au contact de le neige devenaient glissantes pour les quelques touristes et journalistes qui s’y risquaient.

C’est aussi pour moi, la dernière neige, les derniers flocons de ma présence en Israël. Après quatre mois de présence à l’École Biblique, je pars les yeux pleins de paysages et sites visités, de visages rencontrés. Voilà donc qu”il me faut quitter une sympathique ambiance entre étudiants, entre amis, des habitudes aussi. Les heures passées à la bibliothèque sur ce bureau, où chaque jour m’attendaient des livres et des notes, ont été plus que profitables.
Je laisse derrière moi cette vieille ville de Jérusalem, arpenté plusieurs fois chaque semaine. Les senteurs du souk, les rues où l’on croise des musulmanes, des juifs orthodoxes, des chrétiens éthiopiens, grecs, des franciscains… et bien sûr d’innombrables pèlerins.

 

L”année prochaine à Jérusalem ?

François BESSONNET

Bibliste et prêtre pour le diocèse de Luçon (Vendée).
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
René
René
13 années

Super, ces derniers flocons sur Jérusalem,avec cette musique. Ah ! On se pâme. J’espère bien ne pas attendre l’an prochain pour aller à Jérusalem. A bientôt.