Kif-kif … avec un K comme carême

(modifié le: vendredi 15 février 2019)

Kif-kifKik-kif : expression d’origine arabe (de kif : comme), importée en France par les soldats d’Afrique du Nord en 1867, signifiant « pareil », « équivalent ».

Il est quand même gonflé le scribe de l’Evangile d’interroger Jésus sur la Loi comme on ferait réviser une leçon à un gamin du caté : « Quel est le premier des commandements ? »… pour juger à la fin « Tu as bien répondu ». Et 10/10 pour l’élève Jésus qui non seulement lui donne LE premier commandement, mais ajoute aussitôt le second (fayot !).

Fayot ? Pas si sûr ? Car ici, l’élève Jésus demeure bien le maître auquel le scribe devra se soumette. Le premier commandement « Aimer Dieu » ne peut se passer du second « aimer son prochain ». Il n’existe pas deux sphères indépendantes : celle de Dieu dont nous accéderions que par nos sacrifices ou nous offrandes et celle des hommes où s’exercerait notre charité. Or notre charité vaut pour Dieu, comme nos offrandes pour les hommes. Comment pourrions-nous aimer Dieu, si nous n’aimons pas nos frères ? « Mes bien-aimés, si Dieu nous a aimés ainsi, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. » (1Jn 4,11). Et il nous a aimés jusque dans nos égarements, comme le rappelle Osée. C’est bien Dieu qui nous montre le chemin de l’amour, qui nous ouvre à l’amour de soi comme du prochain1. Avoir cette attention divine pour son prochain, c’est lui rendre Gloire. Bref, « aimer Dieu », « aimer son prochain », c’est kif-kif ! … à condition que…

Le commandement oublié.

Le scribe, en répétant la réponse de Jésus, n’aurait-il pas oublié l’essentiel ? Le premier commandement ou, pour être plus précis, le commandement qui commande tous les autres : « Ecoute Israël ! ». L’amour ne peut se passer de cette écoute-là. La loi n’est pas une succession d’ordre, mais une invitation à entrer en dialogue avec Dieu, avec celui qui est sa Parole : le Christ. Ecoute le Seigneur : celui qui est venu au milieu de nous pour révéler cet amour du Père allant jusqu’à aimer les publicains, les pécheurs, les lépreux… Ecoute le Seigneur : se nourrir ce cette parole, c’est se nourrir de l’amour de Dieu et du Christ pour le monde. « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. » (Jn 3,16).

Pour Dieu, aimer et écouter, c’est kif-kif

à suivre…

Les lectures du jour.

K… comme Carême. Le principe : chaque jour (sauf le dimanche), dire le carême par un mot commençant  par K. Quarante jours donc quarante mots pour (re)découvrir le carême. Retrouvez tous les articles déjà parus de la série “K… comme Carême“.
  1. Une vague impression de passer pour un kakatoès m’envahit soudain !

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.