Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Rencontre #39 … Pilate et le Roi des Juifs

(modifié le: vendredi 13 juillet 2018)

Jesus-pilate Pilate vint au dehors pour leur parler : « Quelle accusation portez-vous contre cet homme ? » Ils lui répondirent : « S’il ne s’agissait pas d’un malfaiteur, nous ne te l’aurions pas livré. » Pilate leur dit : « Reprenez-le, et vous le jugerez vous-mêmes suivant votre loi. » Les Juifs lui dirent : « Nous n’avons pas le droit de mettre quelqu’un à mort. » Ainsi s’accomplissait la parole que Jésus avait dite pour signifier de quel genre de mort il allait mourir. Alors Pilate rentra dans son palais, appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? » (Jn 18,1-19,42)

Non, pour Pilate, d’emblée et sans que personne ne lui ait soufflé mot, Jésus n’est pas un malfaiteur, ni un malfaisant. Ainsi s’ouvre le procès qui condamne Jésus, le bien-faisant, à la mort et qui en même temps le révèle comme Roi, Homme, et Fils.

Il est Roi, mais sa royauté ne vient pas de ce monde, elle ne ressemble en rien à la puissance de Pilate et de César. Ce Royaume du Père est sans garde, ni armée, ouvert sur le monde et à l’accueil. Sa royauté n’écrase rien ni personne. La pouvoir mondain s’enferme dans une logique de mort et de condamnation. La royauté de Jésus, s’ouvrant à la Vie et à la Révélation, s’offre à la vue du monde, rejoignant le plus bas de l’immonde : bafoué, couronné d’épines… Elle n’est que service et abandon pour révéler  la Parole, sa Parole. C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix.

Alors Jésus sortit, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit : « Voici l’homme. » Dans ce procès, Jésus est le seul à rendre Justice à l’homme, à le restaurer dans sa dignité et sa vocation : celles d’aimer jusqu’au bout, en vérité,  de livrer sa vie sans égoïsme ni frein. Bien qu’humilié, Jésus ne fait montre d’aucune violence, ni rancœur. Il demeure l’Homme fidèle à l’amour du Père dont il est plus que l’image et la ressemblance. Il est LE Fils. Nous avons une Loi, et suivant la Loi il doit mourir, parce qu’il s’est prétendu Fils de Dieu.

Et ce Fils demeure fidèle au Père. Aimant jusque sur la Croix, il ne cesse de donner et se donner jusqu’à sa filiation ‘humaine’ pour être tout au Père : Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. »

Ils savent maintenant que tout ce que tu m’as donné vient de toi,
que les paroles que je leur ai données sont celles que tu m’as données.
Ils les ont reçues, ils ont véritablement connu que je suis sorti de toi,
et ils ont cru que tu m’as envoyé.

Désormais je ne suis plus dans le monde;
eux restent dans le monde,
tandis que moi je vais à toi.
Père saint, garde-les en ton nom que tu m’as donné,
pour qu’ils soient un comme nous sommes un. (Jn 17,7-11)

Fermer le menu

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.