En Avent, le prophète Baruch

En Avent, le prophète Baruch

2ème dimanche de l’Avent (Ba 5, 1-9)

Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu, mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Éternel. Dieu va déployer ta splendeur partout sous le ciel, car Dieu, pour toujours, te donnera ces noms : « Paix-de-la-justice » et « Gloire-de-la-piété-envers-Dieu ».

Debout, Jérusalem ! tiens-toi sur la hauteur, et regarde vers l’orient : vois tes enfants rassemblés du couchant au levant par la parole du Dieu Saint ; ils se réjouissent parce que Dieu se souvient. Tu les avais vus partir à pied, emmenés par les ennemis, et Dieu te les ramène, portés en triomphe, comme sur un trône royal.

Car Dieu a décidé que les hautes montagnes et les collines éternelles seraient abaissées, et que les vallées seraient comblées : ainsi la terre sera aplanie, afin qu’Israël chemine en sécurité dans la gloire de Dieu. Sur l’ordre de Dieu, les forêts et les arbres odoriférants donneront à Israël leur ombrage ; car Dieu conduira Israël dans la joie, à la lumière de sa gloire, avec sa miséricorde et sa justice.

télécharger

Read More Read More

En Avent, le prophète Jérémie

En Avent, le prophète Jérémie

1er dimanche de l’Avent (33,14-16)

Voici venir des jours – oracle du Seigneur – où j’accomplirai la parole de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda : En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai germer pour David un Germe de justice, et il exercera dans le pays le droit et la justice. En ces jours-là, Juda sera sauvé, Jérusalem habitera en sécurité, et voici comment on la nommera : «Le-Seigneur-est-notre-justice.»

télécharger

La prison de Jérémie et les ruines de Jérusalem

Horace Vernet, Jérémie, 1844

Nous sommes dans les années 590 avant J.C. Et ces paroles d’Espérance retentissent depuis une prison, celle du prophète Jérémie détenu dans la cour de garde (33,1). Nabuchodonosor et ses armées ont mis Jérusalem en ruine, une première fois en 597. Elle n’est plus qu’un désert sans hommes ni bétail (33,10). Mais Jérémie ne soutient pas les élans nationalistes de ses concitoyens. Pour lui et le Seigneur, la prochaine victoire babylonienne et le pillage de Jérusalem1 sont inéluctables : Je vais livrer cette ville aux mains du roi de Babylone qui la prendra (32,3). On imagine bien que ces paroles ne plurent ni au roi, ni au peuple.

Read More Read More

En Avent les prophètes

En Avent les prophètes

Noël approche (et l’hiver vient).

Photo : Marina Khrapova on UnsplashAutour de nous se donnent à sentir, à voir et à entendre les guirlandes lumineuses, les sapins décorés, les cantiques diffusés, les crèches discrètes, les vitrines attractives, les barbus en rouge, parfois la fausse neige, le vrai vin chaud, et les films sirupeux. Voilà sans doute bien des manières d’exprimer cette joie à donner et à partager animant nos contemporains. Ces petites choses qui pourraient presque constituer un calendrier de l’Avent à elles seules. Presque, car il ne nous faudrait pas oublier ni la dernière de ses cases : la naissance du Christ ; ni même la première : L’Espérance à vivre. Sans cela, l’Avent ne pourrait-être qu’une parenthèse vite oubliée, et le froid indifférent de l’hiver revenir à grand pas.

Read More Read More

Christ, roi de l’Évangile

Christ, roi de l’Évangile

Fête du Christ Roi (année B, Jn 18,33b-37)

Nous voilà déjà à la fin de cette année liturgique dont ce dimanche sera le dernier. Occasion de porter notre regard – encore et toujours – sur Celui qui nous rassemble et nous accompagne au long des temps : Jésus Christ. Mais que vient faire ici cette histoire de royauté ? Est-ce pour nous rappeler le terme de la vie terrestre du Christ et fermer l’évangile ? Ou bien pour nous renvoyer à notre propre fin – au sens de finalité – et nous ouvrir à la richesse d’une vie éclairée par sa Parole ?

Read More Read More

Toussaint et saints pour tous

Toussaint et saints pour tous

Fra Angelico, 1450Toussaint … fêtes de tous les saints : la liste est longue, soyons-en heureux ! Cette sainteté des hommes et des femmes qui nous ont précédés dans la foi force souvent notre admiration et nous laisse parfois – en comparaison – avec un sentiment de médiocrité. Car à nos yeux, nos faiblesses, nos petitesses et nos péchés rendent impossible notre accès à la sainteté. Cela pourrait être vrai si la sainteté ne se définissait qu’en termes de réussite et de perfection en matière de foi et de morale. Une telle acception ne rendrait nullement compte de la nécessaire action de Dieu, le Saint, qui veut nous sortir de notre médiocrité pour nous rendre « heureux ». La sainteté est destinée gracieusement à tous ou plus précisément à chacun POUR tous.

Read More Read More

17 ans : l’enquête et ses résultats

17 ans : l’enquête et ses résultats

Je n’ai pu, hélas, écrire un petit mot à l’occasion de l’anniversaire de ce blog le 18 octobre à la Saint Luc. J’aurai l’occasion d’y revenir, espérons-le.  Merci aux personnes qui ont répondu au sondage. Celui-ci va me permettre de mieux répondre à certaines de vos attentes dont la plus urgente est celle-ci :

En attendant, voici les résultats de l’enquête (14 réponses) qui est toujours en ligne.

Read More Read More

Pain de vie (5/5) – A qui irions-nous ?

Pain de vie (5/5) – A qui irions-nous ?

21ème dimanche du Temps Ordinaire — Année B – Évangile selon Jean (6,59-69)

De la fraction à la friction

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : «Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ?»  Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit : «Cela vous scandalise ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ! …» (6,59-62)

La confession de Saint Pierre, James Tissot, 1894Nous voici au terme de ce chapitre six de l’Évangile selon Jean. Nous sommes ainsi passés d’une foule au bord d’un lac (scène en extérieur 1/5 et 2/5), aux juifs pieux de la synagogue de Capharnaüm (scène d’intérieur 3/5 et 4/5) pour nous retrouver, maintenant, au sein du cercle des disciples (scène intimiste). Même le « pain » semble aussi suivre ce même mouvement de focalisation : les pains d’orge multipliés deviennent le pain descendu du Ciel, nouvelle manne en Jésus-Christ. Le pain symbolique fait place au véritable pain divin en sa chair et son sang, donné pour la vie éternelle.  Tout nous oriente vers le mystère du Christ lui-même s’offrant pour le salut de tous.

Pourtant, la réaction à ce discours ne vient pas de la foule avide de miracles, ni de la synagogue pointilleuse en matière d’orthodoxie. Ce sont ses disciples, beaucoup de ses disciples, qui sont scandalisés par ses propos. L’unité autour de la multiplication et de la fraction des pains semble oubliée pour faire place à la friction et à la division des disciples. Que s’est-il donc passé ?

Read More Read More

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.