Le verbe s’est fait chiard

Il y eut un soir, il y eut un matin, et Dieu vit. Nul ange merveilleux, nul soldat belliqueux, mais, dans une mangeoire inattendue, un enfant, fragile. Rejoignant le sordide de notre humanité, le Verbe c’est fait chiard. Se laissant langer, torcher, saisir, embrasser, le Divin, livré aux mains des hommes, prend le risque d’être aimé à la manière des hommes.  Et Dieu vit que cela était bon.  De ce nouveau né, jaillit en son premier souffle un cri ineffable mais déjà salutaire; le Verbe s’est fait chair. Longtemps ils n’avaient pensé voir Dieu sans mourir[1. Jg 13,22 & Dt 5,25]. Ils s’imaginaient indignes de le recevoir, mais, quoi qu’imperceptible à leurs yeux, il vint en cette rencontre charnelle jusqu’à la promiscuité. Glorieux sacrilège, sainte profanation où Dieu se donne à aimer. Déjà cette provocation divine, prémices d’une alliance nouvelle, ouvre un avenir encore impensable qu’une croix révèlera. Au commencement, était le Verbe et le Verbe s’est fait chiard, et il a grandi parmi nous, passionnément.

Pour que le monde ait la vie. Jn 6,51

Joyeuse fête de la Nativité à toutes et à tous !
François BESSONNET
François BESSONNET

Bibliste et prêtre (Vendée). → bio

6 commentaires

  1. Fallait oser. Mais les pères de l’Eglise ayant été consultés, y’a pas plus catholique, finalement.
    Suspense : que trouveras-tu en 2012 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.