Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Dimanche de la sainte Trinité

Textes liturgiques du dimanche de la Sainte Trinité (année C)

Le temps pascal vient de s’achever avec la fête de la Pentecôte. Cependant, les prochains dimanches ne seront pas un retour immédiat à l’ordinaire mais célèbreront la Sainte Trinité et le Saint Sacrement, sans oublier le vendredi du Sacré-cœur. C’est toujours étrange cette période qui est à la fois dans l’ordinaire du temps en semaine et dans des célébrations dominicales spécifiques qui puisent leur sens dans la dynamique pascale. Mais c’est bien là l’enjeu : nous rappeler sans cesse que ce mouvement de la Croix à la Pentecôte inonde toute notre vie ordinaire. Le Crucifié-Glorifié n’est pas une parenthèse liturgique mais bien Celui qui remplit nos vies quotidiennes de tout son mystère dont la sainte Trinité célébrée ce dimanche.

Sainte Trinité

Francesco Cairo, Trinité, 1630

Il y a toujours une tentation en matière d’Écriture et de Foi, et bien plus concernant la Trinité, qui est celle de la vivisection ou de la dissection. Vouloir tout expliquer en désossant toute la mécanique ne permettra jamais de tout connaître de Dieu. Comment cette Trinité fonctionne ? qui est qui ? qui fait quoi ? où sont-ils ? etc… Questions justes et légitimes de tout croyant curieux et en recherche, mais qui ne doivent pas faire oublier que c’est d’abord ce mystère trinitaire qui travaille en nous et pour nous. Le passage de l’évangile de ce dimanche est éclairant (Jn 16,12-15) à ce propos. Il est tiré – et cela est d’importance – du dernier discours de Jésus avant sa Passion. Celle-ci est une clef de lecture essentielle, car elle inscrit l’union du Fils au Père et à l’Esprit dans cet amour livré jusqu’au bout. Notre signe de croix ne s’accompagne-t-il pas d’ailleurs de cette profession de foi trinitaire “au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit” ? Sur la croix, Dieu se livre pleinement, entièrement, trinitairement.

J’ai encore beaucoup de choses à vous dire

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. (Jn 16,12- 13)

Lovis Corint, Deposition de la croix, 1895

Le chapitre 16 de l’évangile johannique termine le discours testamentaire de Jésus qui avait commencé au chapitre 13.J’ai encore beaucoup de choses à vous dire” dit-il à ses disciples. Mais quel est ce beaucoup puisque nous sommes dans la conclusion du discours ? Il ne dira plus grand chose à ses disciples du moins en paroles. Mais ce “beaucoup” ne peut se réduire à des sentences et discours inachevés. Tout sera dit et beaucoup s’exprimera sur la croix: là où Dieu révèle son amour ultime à la face des hommes, là où le Fils humilié sera glorifié. Ce mystère de la croix reste incompréhensible du moins de l’extérieur et loin du Golgotha. Il faut, à l’image du disciple bien-aimé et de la mère de Jésus (Jn 19,25-27), s’en être approché intimement pour en saisir le sens, un temps soit peu.

Car “pour l’instant vous ne pouvez les porter“. Par notre propre gymnastique intellectuelle, par nos exercices de piété ou par nos propres œuvres les plus charitables, nous ne pouvons porter ni ses paroles, ni sa croix, ni son amour. Celui-là seul qui est cloué nous porte dans cet abaissement, nous transporte vers l’amour du Père. “En dehors de moi vous ne pouvez rien faire” disait-il précédemment (Jn 15,5).

La dynamique de l’Esprit Saint donné

Iványi, L'incrédulité de Saint Thomas, XXe

Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière ” C’est bien la grâce de Dieu ici qui s’exprime par son Esprit. C’est Lui qui agit : il nous conduit. Il mène encore les disciples. L’Esprit n’est pas seulement celui qui nous vient, mais aussi celui qui nous conduit, c’est-à-dire qui nous déplace. Et que de déplacements, de conversions avons-nous encore et toujours à faire ! La vie en Dieu et en l’Esprit est ainsi une vie en mouvement vers la Vérité, c’est à dire ici, chez Jean, la Vérité de Dieu rendu visible par son Fils, crucifié et ressuscité. Cette dynamique de l’Esprit s’inscrit encore et toujours dans la Parole divine : ce qu’il dit ne vient pas de lui, mais – sous entendu – de Celui qui demeure le Verbe de Dieu, la Parole incarnée.

Or, chez saint Jean, c’est bien de la bouche du Christ qui viendra l’Esprit Saint, le souffle créateur, pour faire naître ses disciples à sa mission et à sa miséricorde : Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. (Jn 20,22-23)

Lui me glorifiera

Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. (Jn 16,14-15)

L’action de l’Esprit est, chez l’évangéliste Jean, tout orientée vers Père, le Christ et son abaissement. Si l’Esprit le glorifie, c’est encore pour qu’en l’accueillant, les disciples reçoivent la vie de Celui qui est mort pour eux au nom du Père. L’Esprit Saint est est l’expression même de la Parole du Fils, de l’envoyé Père. Il est le don de Dieu pour ses fidèles, et ce sont eux les heureux destinataires, ou plus précisément les humbles hôtes de la présence divine : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. (Jn 14,17)

Parler de trinité, c’est parler de ce Dieu-Père que le Christ nous révèle “visiblement” jusque sur la croix. Mais surtout la parole du Christ nous invite à vivre de cette trinité, de cette présence de Dieu à nos vies renées dans les eaux pascales et le souffle de l’Esprit. Une Sainte trinité qui nous offre d’être à notre tour une sainte présence à ce monde que Dieu aime … malgré tout.

Article non disponible en podcast. Désormais les commentaires en vue des dimanches et fêtes feront l’objet d’un ‘simple’ article, tandis que les podcasts (pas toujours retranscrits) seront consacrés une thématique biblique spécifique (ex : La musique dans la Bible). Cela afin de me permettre un gain de temps et une meilleure organisation de ce blog. Merci de votre compréhension.

François

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).

Ecrire une remarque, un avis... ou juste un mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :