Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Kleenex … avec un K comme Carême

  • Carême

KleenexKleenex : marque de mouchoirs en papier, connu des enrhubés et des fans des films romantiques. Le kleenex sert aussi à exprimer l’idée d’un emploi temporaire, que l’on jette après utilisation.

C’est la grande journée du mouchoir en papier pour les Ninivites. Sortez vos kleenexTM ! Il est temps de se lamenter, de regretter, de pleurer sur son sort passé et à venir…  « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite sens dessus dessous 1 » Jon 3,4. Enfin, c’est ce que nous pourrions croire. Car la réaction de cette population païenne n’est pas seulement l’expression d’un désespoir : au contraire, elle est signe d’espoir. Car, finalement, les habitants de Ninive se sont convertis : ils ont cru au Dieu de Jonas, capable de miséricorde, et non à un Dieu vengeur (comme tout dieu païen). Car si Dieu n’était que vengeance et punition, à quoi bon se convertir ?

A l’inverse des habitants de Ninive, la foule, qui entoure Jésus, demande des signes : « Allez Jésus, fais nous un tour, un petit miracle… qu’on se marre bien encore une foi fois et que tu nous prouves qui tu es. » (Lc 11,16.29-32) Un petit tour… et puis s’en vont : prière kleenex. La foule demande à Jésus de se conformer (voire de se convertir) à sa volonté. Comme cette foule, nous pouvons ‘utiliser’ notre foi, jusque dans notre prière, pour notre confort, pour assouvir quelques rêves… Avec le risque que si rien ne s’accomplit dans notre sens, nous nous sentions abandonnés, déçus (et de ressortir nos kleenex) … Et pire, avec le risque, si cela s’accomplit, d’en demander plus, ou de tout oublier et de passer à autre chose.

Or, la conversion, à laquelle nous sommes appelés, a pour seule origine et seul horizon la croix où se révèlera la véritable identité du Christ. La croix nous convertit au véritable amour de Dieu.

Affaire à suivre…

Quand vous priez, ne dites pas ‘Pater noster, Kleenex in caelis’2
(d’après Lc 11,2 & Mt 6,9)

Lire les textes de la liturgie du jour.

K… comme Carême. Le principe : chaque jour (sauf le dimanche), dire le carême par un mot commençant  par K. Quarante jours donc quarante mots pour (re)découvrir le carême. Retrouvez tous les articles déjà parus de la série “K… comme Carême“.
  1. La TOB traduit ainsi avec raison : le verbe hébreu pouvant traduire aussi l’idée d’un bouleversement .
  2. Notre Père kleenex aux cieux.

François

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).

Cet article a 3 commentaires

  1. Excellent ! Mais à part ça, ce ne serait pas plutôt SENS dessus dessous ? 🙂

  2. 🙂

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.