Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

17 ans : l’enquête et ses résultats

Je n’ai pu, hélas, écrire un petit mot à l’occasion de l’anniversaire de ce blog le 18 octobre à la Saint Luc. J’aurai l’occasion d’y revenir, espérons-le.  Merci aux personnes qui ont répondu au sondage. Celui-ci va me permettre de mieux répondre à certaines de vos attentes dont la plus urgente est celle-ci :

En attendant, voici les résultats de l’enquête (14 réponses) qui est toujours en ligne.

(suite…)

Continuer la lecture

Patience

Non, ce blog n'est pas encore mort. Les activités pastorales, les formations bibliques, les coopérations à la rédaction de documents, etc., sans compter l'absence d'inspiration, ne m'ont pas permis de m'investir ici.  De plus, je me donne un peu de temps pour réfléchir à la pertinence d'un tel blog.

Continuer la lecture

De quel (Saint) François parlons-nous ?


francois-papeC’est sûr, ce nouveau pape a créé la surprise en défiant presque toutes les prévisions, en raison de son origine argentine ou encore par le choix de son nom : François. Immédiatement, et sans doute à juste raison, ce prénom évoque le saint d’Assise, le Poverello : le saint des pauvres comme on l’entend souvent, qui fut aussi le saint pauvre avant tout. Un saint dévoué entièrement à l’Evangile. Est-ce un signe, un message déjà ?

Pour autant, est-ce bien ce saint-là qui inspira Jorge Mario Bergoglio – D’ailleurs : si nous laissions le pape lui-même s’expliquer à ce sujet ? Car des saints François, il y en a à la pelle l’appel  :

(suite…)

Continuer la lecture

Ton bol de riz… je le vomis !


vomirCher pénitent-blogueur,
(et cher lecteur-jeûneur),

Ces jours derniers, j’ai lu avec quelle gourmandise ton blog catho s’est jeté sur le pape carême. Je me dois de te dire (charité fraternelle oblige) que je n’y ai lu qu’une déplorable litanie de ton “Je”.

Tes efforts individualistes individuels me fatiguent ! Ta course à la masturbation mortification personnelle m’épuise.

A quoi bon chanter (ou titrer) “Avec toi, NOUS irons au désert” si c’est pour t’y retrouver seul ?
A quoi bon pleurer la renonciation de Benoît XVI et louer, à juste titre, le ministère de ce ‘chef’ de l’Eglise… si  cette même Eglise est absente de ton carême ?
A quoi bon s’être glorifié de ta participation à des manifestations contre ‘le mariage pour tous’, si, durant ce carême, les seules manifestations de tes ‘pénitences’ se résument à un ‘pour moi’  ou à ‘un moi pour les autres’ ? (oui, il y a des charités égoïstes)
(suite…)

Continuer la lecture

De quoi tes moignons mous ?


Je n’ai jamais été à l’aise avec cette prière souvent lue, méditée lors de rencontres ; sans doute la connaissez-vous : Christ, tu n’as pas de main, tu n’as que nos mains pour faire ton travail d’aujourd’hui...1 Nous risquons même de l’entendre davantage avec Diaconia 2013. Cette prière  m’évoque, peut-être à tort, un triste constat d’impuissance, voire d’absence, du Seigneur. Puisqu’il ne peut pas le faire, alors je le ferai.  Je le ferai parce que Jésus était un gentil garçon et qu’il faut faire comme lui. Je le ferai parce qu’il nous l’a demandé, et ainsi je gagne mon paradis, sinon… c’est l’enfer comme il est écrit en Mt 25 !

Entre la charité ‘Bisounours’ pleine de bons sentiments, et la charité infernale (ou mercantile), je fais toujours le même constat (même si toute charité peut être louable) : le Christ n’a ni main, ni bras…  Christ aux moignons mous ! (suite…)

Continuer la lecture

Un temps périt

Un temps périt : celui des courses folles à l'efficience efficace, Un temps renaît pour des petits pas aux pieds nus, perdus, superflus. Un temps périt : celui des dossiers…

Continuer la lecture

Mission : un possible !


Mission. Aujourd’hui, ce n’est pas un mot très à la mode, on lui préfère ceux de ‘nouvelle évangélisation’. Ou bien l’on distingue les deux. La mission c’est pour ceux qui sont au loin, en Océanie, en Afrique, prisonniers de leur pauvreté…ceux dont quelques missionnaires zélés nous parleront lors de l’une de leurs visites en France métropolitaine, des histoires à pleurer parfois. Quant à la nouvelle évangélisation, elle serait destinée au peuple de l’Occident, loin de l’Eglise, esclave de son opulence. Je me souviens de ce film ‘super 8’ (oui, je sais ça date d’une autre époque) lors du passage d’un de ces missionnaires à l’école (catholique, cela va sans dire) quand j’étais enfant. Sur la pellicule déjà jaunâtre, qui avait traversé les océans, un jeune enfant africain malade de la lèpre et qui allait bientôt mourir (sinon cela n’aurait aucun intérêt) nous parlait de sa joie de croire en Jésus-Christ. Bien sûr, il avait notre âge, il portait le prénom, bien chrétien, de Timothée (ou de ce genre néotestamentaire)… et nous serions convaincus de devenir à notre tour de bons missionnaires, ailleurs. Et puis, aujourd’hui, il nous me faudrait, pour devenir un bon missionnaire selon l’idée convenue, me tenir sur la place publique, ou à la sortie d’un supermarché, distribuant du vin chaud aux passants et les inviter à venir à la messe de Noël : oui, l’on confond souvent ‘nouvelle évangélisation’ et ‘pseudo-évangélisation de rue’. (suite…)

Continuer la lecture

Silence !


Il faut sans doute les vacances  pour se rendre compte combien nous vivons dans un monde bruyant : moteurs des véhicules, sonneries de téléphones, brouhaha continu… (Quoiqu’il peut y avoir aussi des vacances bruyantes… il est même des centres-villes qui nous diffusent dans les rues commerçantes de la musique de tous genres. Peur du vide, peur du silence ? ) C’est pourtant dans ces lieux urbains, et non pas au bord de l’océan, que l’on serait tenté de crier: “Vos gueules, les mouettes !” Voilà que, durant ces jours,  j’ai pu goûté à ce silence : celui du vent ténu, celui des vagues douces, ce calme réparateur de la mer.

Pas un bruit (ou si peu).

s’étant réveillé, menaça le vent et dit à la mer : “Silence, tais-toi !” Alors le vent cessa, et il y eut un grand calme. Mc 4,49.

(suite…)

Continuer la lecture

Histoires d’eau…


Samaritaine (Jean de Flandres - 1500)Donne-moi à boire ! (Jn 4,7)

Il aurait pu quand même demander poliment : ‘Auriez-vous l’obligeance de me donner un peu d’eau, s’il vous plait Madame ?‘ Je me pose des questions sur l’éducation qu’a reçu ce jeune homme de Galilée : j’aurais deux mots à dire à ses parents ! Non mais, pour qui se prend-il ? C’est parce qu’on est fatigué qu’on doit oublier d’être poli.

Mais pas le temps d’être poli. Quand on crie ‘Au secours’ on ne s’embarrasse pas de formules de politesse. Il en va de l’urgence, il en va de la Vie. Aussi cet impératif divin est un appel, un cri désireux de la rencontre improbable : avec une femme, pire une samaritaine, pire encore une ex-épouse qui ne sait que trop bien combien de fois elle fut mariée. Et lui, l’homme, le juif, l’infréquentable devient source d’un dialogue que tous croyaient impossible.

Tout part de l’anodin : d’une histoire d’eau, d’une histoire de cruche, de puits trop profond et de corvées quotidiennes. Et l’eau devient vive et Vie, et la profondeur du puits laisse place à l’adoration du Père, et la cruche de la corvée au profit d’un heureux témoignage  et d’autres rencontres. Avant même le parvis des Gentils, il y avait déjà ce puits de la Rencontre. (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu