Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Rencontre #40 … au jardin du silence

Mise au tombeau di-BuoninsegnaPrès du lieu où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin, et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore mis personne. Comme le sabbat des Juifs allait commencer, et que ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus. (Jn 19,41-42)

Ainsi se terminait hier le récit de la Passion. Le Samedi saint, l’Église demeure auprès du tombeau de son Seigneur. Elle médite la passion et la mort du Christ. (suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #39 … Pilate et le Roi des Juifs

Jesus-pilate Pilate vint au dehors pour leur parler : « Quelle accusation portez-vous contre cet homme ? » Ils lui répondirent : « S’il ne s’agissait pas d’un malfaiteur, nous ne te l’aurions pas livré. » Pilate leur dit : « Reprenez-le, et vous le jugerez vous-mêmes suivant votre loi. » Les Juifs lui dirent : « Nous n’avons pas le droit de mettre quelqu’un à mort. » Ainsi s’accomplissait la parole que Jésus avait dite pour signifier de quel genre de mort il allait mourir. Alors Pilate rentra dans son palais, appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? » (Jn 18,1-19,42)

Non, pour Pilate, d’emblée et sans que personne ne lui ait soufflé mot, Jésus n’est pas un malfaiteur, ni un malfaisant. Ainsi s’ouvre le procès qui condamne Jésus, le bien-faisant, à la mort et qui en même temps le révèle comme Roi, Homme, et Fils. (suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #37 … Pâque chez Untel

Cene-TintoretLe premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : ‘Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.’» Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. (Mt 26,14-25)

Bien sûr, l’évangile d’aujourd’hui nous présente également l’annonce de la trahison de Judas selon l’évangile de Matthieu. Comme à son habitude, Matthieu insiste sur l’accomplissement des Ecritures et développe l’embarras de tous les disciples osant poser la question ‘Serait-ce moi ?’ Ayant commenté cet épisode, mais selon St Jean, hier, je n’y reviendrai pas. Un autre passage, assez énigmatique, nous intéressera : Pourquoi aller chez Untel dont on ne nous rapporte ni le nom, ni le lien avec Jésus et ses disciples ? (suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #36 … avec des disciples embarrassés

Annonce-trahisonÀ l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, au cours du repas qu’il prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit, et il rendit ce témoignage : « Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. » Les disciples se regardaient les uns les autres, avec embarras ne sachant pas de qui Jésus parlait. (Jn 13,21-38)1

L’annonce de sa trahison est claire. Jésus sait qui le livrera. Or, ce qui peut nous étonner ce sont les réactions des disciples : ils ne comprennent pas ou, pour prendre la Nouvelle Traduction Liturgique, ils sont dans l’embarras. Même lorsque Jésus sera encore plus précis et désignera le coupable, leur interrogation demeure. Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Naïveté ? Complicité silencieuse ? Peur de leur propre culpabilité ? Que signifie cet embarras ?

(suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #35 … ou comment casser l’ambiance

Onction-BethanieSix jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu’il avait ressuscité d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie par l’odeur du parfum.  (Jn 12,1-11)

Tout commence bien par ce repas pour l’honorer, en ce repas pour célébrer celui qui donne Vie. Tout commence bien par cette onction parfumée, cette onction de valeur dont le parfum profite à l’ensemble de la maison. C’est toujours dans ces moments, doux et silencieux, qu’interviennent les casseurs d’ambiance. (suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #34 … Séisme à Jérusalem

entree-Jerusalem2Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! » (Mt 21,1-11)

Deux  ânes, des manteaux et des branches sur le chemin, des acclamations… la ville de Jérusalem en plein émoi et s’interroge : Qui est cet homme ? ou littéralement Qui c’est celui-là ? Ils avaient pourtant toutes les clefs pour le reconnaître. (suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #33 … avec Caïphe

caipheQuand Lazare fut sorti du tombeau, les nombreux Juifs, qui étaient venus entourer Marie et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui. Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu’il avait fait. Les chefs des prêtres et les pharisiens convoquèrent donc le grand conseil ; ils disaient : « Qu’allons-nous faire ? Cet homme fait un grand nombre de signes. Si nous continuons à le laisser faire, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. » (Jn 11,45-57)

Les signes de Jésus et ses œuvres ne mènent pas d’emblée à la foi. Ce que fait Jésus suscite d’un côté l’adhésion, et de l’autre la délation. D’un côté : ceux qui ont vu Jésus faire signe, signe de la présence de Dieu au milieu de son peuple. De l’autre, ceux qui vont raconter les signes que Jésus a fait, ses actions soi-disant subversives mettant en danger l’autorité des Grands-Prêtres et des pharisiens, ainsi que la sécurité du peuple d’Israël. L’interprétation des signes est pour les uns théologale, et pour les autres elle est politique. La division est à son comble. (suite…)

Continuer la lecture

Rencontre #32 … non sans ironie

Jesus Jn10,31Les Juifs lui répondirent : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, c’est parce que tu blasphèmes : tu n’es qu’un homme, et tu prétends être Dieu. » Jésus leur répliqua : « Il est écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux. Donc, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, la Loi les appelle des dieux ; et l’Écriture ne peut pas être abolie. (Jn 10,31-42)

Cela fait quand même la deuxième fois, que Jésus subit des menaces violentes. Déjà, peu après avoir déclaré : ‘Avant qu’Abraham existât, JE SUIS‘ (usant ainsi du Nom divin), ses opposants voulaient lui ‘lancer des pierres‘ (Jn 8,59). Cette fois-ci, ils veulent le lapider car il ose déclarer, disent-ils, qu’il est Dieu ! La violence va crescendo, nous conduisant vers la Croix avec Lui, et parallèlement, dans le même crescendo, l’identité divine de Jésus se fait jour de plus en plus. A ceux qui le condamne pour affirmer sa divinité, Jésus, puisant dans l’Ecriture, leur répond : ‘Vous êtes des dieux’. Réponse ironique. (suite…)

Continuer la lecture

Recontre #31 … Tout feu sans flamme

Dn3Au milieu du feu, les trois jeunes gens bénissaient le Seigneur. Le roi Nabucodonosor les entendit chanter. Stupéfait, il se leva précipitamment et dit à ses conseillers : « Nous avons bien jeté trois hommes, ligotés, au milieu du feu ? » Ils répondirent : « Assurément, ô roi. » Il reprit : « Eh bien moi, je vois quatre hommes qui se promènent librement au milieu du feu, ils sont parfaitement indemnes, et le quatrième ressemble à un être divin. » Et il s’écria : « Béni soit le Dieu de Sidrac, Misac et Abdénago, qui a envoyé son ange et délivré ses serviteurs ! Ils ont mis leur confiance en lui, et ils ont désobéi à l’ordre du roi, ils ont livré leur corps plutôt que de servir et d’adorer un autre dieu que leur Dieu. » (Dn 3,14…95)

En résumé : Dieu n’a pas laissé cuire ses serviteurs, afin qu’ils puissent être crus. (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.