Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

La musique dans la Bible (podcast) ép. 8 : Les chants de Moïse et Débora

Nous avons évoqué la dernière fois les chants et les cantiques qui font mémoire des hauts-faits. Cette fois-ci nous entendrons deux chants de ce type mais un peu particuliers. Il s’agit du cantique de Moïse (Ex 14-15) et celui de la prophétesse Débora du livre des Juges (Jg 4-5).

Télécharger le podcast

Le cantique de Moïse Ex 15

Le passage de la mer Rouge par les Hébreux, gravure de la fin du XIXe

Ex 15 1 Alors Moïse et les fils d’Israël chantèrent ce cantique au Seigneur : « Je chanterai pour le Seigneur ! Éclatante est sa gloire : il a jeté dans la mer cheval et cavalier ! 2 Ma force et mon chant, c’est le Seigneur : il est pour moi le salut. Il est mon Dieu, je le célèbre ; j’exalte le Dieu de mon père. 3 Le Seigneur est le guerrier des combats ; son nom est « Le Seigneur ». 4 Les chars du Pharaon et ses armées, il les lance dans la mer. L’élite de leurs chefs a sombré dans la mer Rouge. 5 L’abîme les recouvre : ils descendent, comme la pierre, au fond des eaux. 6 Ta droite, Seigneur, magnifique en sa force, ta droite, Seigneur, écrase l’ennemi. 7 La grandeur de ta majesté brise tes adversaires : tu envoies ta colère qui les brûle comme un chaume. 8 Au souffle de tes narines, les eaux s’amoncellent : comme une digue, se dressent les flots ; les abîmes se figent au cœur de la mer. 9 L’ennemi disait : “Je poursuis, je domine, je partage le butin, je m’en repais ; je tire mon épée : je prends les dépouilles !” 10 Tu souffles ton haleine : la mer les recouvre ; comme du plomb, ils s’abîment dans les eaux redoutables. 11 Qui est comme toi parmi les dieux, Seigneur ? Qui est comme toi, magnifique en sainteté, terrible en ses exploits, auteur de prodiges ? 12 Tu étends ta main droite : la terre les avale.

13 Par ta fidélité tu conduis ce peuple que tu as racheté ; tu les guides par ta force vers ta sainte demeure. 14 Les peuples ont entendu : ils tremblent ; les douleurs ont saisi les habitants de Philistie. 15 Les princes d’Édom sont pris d’effroi. Un tremblement a saisi les puissants de Moab ; tous les habitants de Canaan sont terrifiés, 16 la peur et la terreur tombent sur eux. Sous la vigueur de ton bras, ils se taisent, pétrifiés, pendant que ton peuple passe, Seigneur, que passe le peuple acquis par toi.17 Tu les amènes, tu les plantes sur la montagne, ton héritage, le lieu que tu as fait, Seigneur, pour l’habiter, le sanctuaire, Seigneur, fondé par tes mains. 18 Le Seigneur régnera pour les siècles des siècles. »

Le cantique de Débora Jg 5

Artemisia Lomi Gentileschi, 1620, Yaël et sissera

Jg 5  1 Ce jour-là, Débora et Baraq, fils d’Abinoam, dirent et chantèrent : 2 « Alors qu’en Israël, on laisse flotter les chevelures, alors qu’un peuple s’offre librement, bénissez le Seigneur ! 3 Rois, écoutez ! Prêtez l’oreille, souverains ! C’est moi, c’est moi qui vais chanter pour le Seigneur, moi qui vais jouer pour le Seigneur, Dieu d’Israël !

4 Seigneur, quand tu sortis de Séïr, quand tu partis de la campagne d’Édom, la terre trembla, les cieux mêmes fondirent, et les nuées fondirent en eaux, 5 les montagnes furent ébranlées devant la face du Seigneur, celui du Sinaï, devant la face du Seigneur, Dieu d’Israël. 6 Aux jours de Shamgar, fils d’Anath, aux jours de Yaël, ne passaient plus les caravanes ; ceux qui marchaient par les sentiers prenaient des voies tortueuses. 7 Les guides manquaient, ils manquaient en Israël, jusqu’à ce que je me lève, moi, Débora, jusqu’à ce que je me lève, mère en Israël ! 8 On adoptait des dieux nouveaux, alors, la guerre était aux portes. À peine voyait-on une lance, un bouclier, pour quarante mille hommes en Israël. 9 Le cœur va aux chefs d’Israël, à ceux du peuple qui s’offrent librement. Bénissez le Seigneur ! 10 Vous qui montez des ânesses blanches, vous qui siégez sur des tapis, et vous qui marchez sur la route, parlez ! 11 Dans les propos échangés auprès des abreuvoirs, là, on raconte les justes actions du Seigneur, la justice de sa force en Israël. Alors, le peuple du Seigneur est descendu aux portes. 12 Éveille-toi, éveille-toi, Débora ! Éveille-toi, éveille-toi, lance ton chant ! Lève-toi, Baraq, emmène tes captifs, ô fils d’Abinoam ! 13 Que le reste du peuple l’emporte sur les puissants, que pour moi le Seigneur l’emporte sur les héros !

14 Ceux qui viennent d’Éphraïm sont en Amalec ; derrière toi, Benjamin est avec tes troupes ; de Makir sont descendus des chefs, et de Zabulon ceux qui portent le bâton de commandement. 15 Les princes en Issakar sont avec Débora, Issakar est fidèle à Baraq : dans la vallée, il s’est élancé sur ses pas. Dans les clans de Roubène, grandes intentions du cœur ! 16 Pourquoi es-tu resté assis entre deux parcs, à écouter le son des flûtes auprès des troupeaux ? Dans les clans de Roubène, grandes hésitations du cœur ! 17 Galaad est resté au-delà du Jourdain. Et Dane, pourquoi demeure-t-il sur des vaisseaux ? Asher est resté assis au bord des mers, il est resté dans ses ports. 18 Zabulon, le peuple qui méprise sa vie à en mourir, de même Nephtali, sur les hauteurs du pays ! 19 Survinrent les rois, ils ont combattu, les rois de Canaan ont combattu, à Taanak, près des eaux de Meguiddo. Mais d’argent, ils n’en ont pas gagné. 20 Du haut des cieux, les étoiles ont combattu ; depuis leurs sentiers, elles ont combattu Sissera. 21 Le torrent de Qishone les a balayés, le torrent d’autrefois, le torrent de Qishone. Avance hardiment, ô mon âme ! 22 Alors les sabots des chevaux ont martelé le sol. Ils galopent, ses coursiers, ils galopent ! 23 Maudissez Méroz, dit l’ange du Seigneur ! Maudissez, maudissez ses habitants : ils ne sont pas venus au secours du Seigneur, au secours du Seigneur, contre les héros.

 24 Bénie soit parmi les femmes Yaël, la femme de Hèber, le Qénite ; parmi les femmes qui vivent sous la tente, bénie soit-elle ! 25 Il demandait de l’eau, elle donna du lait ; dans la coupe d’honneur, elle offrit de la crème ; 26 elle étendit sa main vers un piquet, et sa droite vers un marteau de travailleurs. Elle martela Sissera et lui broya la tête, elle frappa et lui perça la tempe. 27 À ses pieds, il s’écroule, il tombe, il gît ; à ses pieds, il s’écroule, il tombe. Là, il s’écroule, il tombe, anéanti ! 28 Par la fenêtre, elle jette un regard, la mère de Sissera, elle se lamente, à travers la claire-voie : “Pourquoi son char tarde-t-il à venir ? Pourquoi la marche de ses chars est-elle si lente ?” 29 Les plus sages de ses dames lui répondent, et elle se redit à elle-même : 30 “Sans doute se partagent-ils le butin qu’ils ont trouvé ? Une captive, deux captives par guerrier, des étoffes de couleur comme butin pour Sissera, comme butin, des étoffes de couleur brodées, pour son cou, une étoffe de couleur rebrodée !”   31 Que périssent ainsi tous tes ennemis, Seigneur, mais que tes amis soient comme le soleil quand il s’élance dans sa force ! » Et le pays fut en repos pendant quarante ans. https://www.aelf.org/bible/Jg/5

Références

Me suivre via :

François

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).

Ecrire une remarque, un avis... ou juste un mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.