Heureux, malheureux (Lc 6,17-26)

Parallèle : Mt 5,1-12

6ème dim. ord. (C)

Heureux les pauvres, malheureux les riches… Ce serait un tort de résumer les béatitudes selon Luc de cette manière caricaturale. Car le discours, sous des airs ironiques voire séditieux, est porteur d’un message plus subtil et bien plus prometteur comme le laisse déjà entendre le contexte.

Le sermon sur la montagne, Carl Bloch, 1890;

Venus l’entendre (6,17-18)

6, 17 Jésus descendit de la montagne avec les Douze et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples, et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon. Ils étaient venus l’entendre et se faire guérir de leurs maladies ; ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs retrouvaient la santé. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous

Un terrain plat

Chez Matthieu les béatitudes font partie d’un discours appelé communément : le sermon sur la montagne (Mt 5-7). Nous ne pourrons pas le nommer ainsi dans cet évangile. Luc lui a préféré un terrain plat. Il tient à placer le Seigneur, qui se tenait déjà près de Simon-Pierre, parmi une foule et au sein d’une diversité qui rappellerait une cour des miracles. La parole de Jésus est ainsi associée à la Bonne Nouvelle en actes : guérir et retrouver la santé, signe du salut et de la venue du Royaume.

Le saviez-vous ?

Au Large Biblique, c’est aussi un podcast :

L’entendre et se faire guérir … Sa parole est guérison en raison de cette force, cette puissance qui évoque celle du Très-Haut de l’Annonciation (1,37) ou de son Esprit (4,14). Ses paroles sont la Parole de Dieu créatrice et salvatrice. Mais s’ils viennent pour une guérison physique, c’est à la guérison de tout l’être, appelée conversion, à laquelle chacun est maintenant invité.

Ainsi, les béatitudes et le reste du discours (Lc 6,27-38 ;39-45) seront audibles par tous : depuis les apôtres, descendus de leur montagne, jusqu’à cette foule venue d’autres frontières. C’est bien à ces disciples-là que Jésus s’adresse dans l’évangile de Luc. Que l’on soit apôtre choisi ou simple quidam mal-en-point parmi la foule, être son disciple c’est se rassembler pour se mettre à l’écoute d’une Parole divine qui veut relever et appeler à un certain bonheur…

Bartolomé Esteban Murillo, Le jeune mendiant, 1645

Les béatitudes selon Luc (6,19-26)

6, 20 Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara : 21 « Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous. Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez. 22 Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme. 23 Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.
24 Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation ! 25 Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! 26 Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes.

Heureux et malheureux

Aux trois premières adresses, appelant au bonheur par le mot heureux, correspondent les trois dernières commençant par Quel malheur. Ces versets se répondent l’un l’autre : la situation de pauvreté contre la richesse, le famélique contre le repus, l’affligé contre le réjoui, le persécuté contre l’homme respecté, pourrait-on résumer. Mais quel bonheur peut-il y avoir à être pauvre, affamé et affligé ? Ne rêverait-on pas d’être riche, repu, et honoré ?

Heureux, vous Il ne s’agit pas d’une promesse d’un bonheur à venir, mais déjà présent. Jésus honore ici ceux qui ne le sont plus aux yeux des hommes, en raison de leur indigence et des drames. Dans certains esprits : pauvreté et misère seraient même le signe d’un mépris de Dieu à l’égard de personnes probablement pécheresse. Le discours des béatitudes vient renverser ces a-priori. Ces pauvres sont les premiers destinataires de son Évangile (4,18). Ce royaume de Dieu qu’il vient inaugurer est, dès aujourd’hui, pour eux, pour combler leur faim, pour effacer leurs larmes. La parole du Christ entend les mettre à l’honneur. S’ils n’ont rien aux yeux des hommes, ils ne sont pas rien aux yeux de Dieu qui agit à leur intention.

Quel malheur !

L’expression Quel malheur pour vous les riches, ne doit pas être comprise comme une malédiction venant de Jésus ou de Dieu, ni comme l’expression d’une lutte des classes. Luc tient à souligner plutôt que la véritable pauvreté, ou pour mieux dire le déshonneur, se trouve parmi ceux qui vivent dans la richesse, mais indifférents aux premiers. Ceux qui pensent être avoir une situation confortable, et qui, parfois remercie le Seigneur de cette « bénédiction » ; ceux qui, « grâce à Dieu », se sentent à l’abri de tout, au sein d’une forteresse de biens et de titres… sont incapables de vivre la Bonne Nouvelle et d’accueillir le Royaume. Ce n’est pas la richesse que Jésus critique, ni les riches en tant que tels, mais cette richesse aveuglante, cette fortune sans partage, cette illusion d’un bonheur fondé uniquement sur l’avoir et sa propre gloire.

Titien, Ranuccio Farnese, 1542

Pauvres disciples…

Rappelons que ce discours s’adresse explicitement aux disciples de Jésus (dont les lecteurs). Certains d’entre eux (ou d’entre elles) pourraient avoir oublié d’abandonner là leur pêche, leurs filets, leur bureau de taxes… Car, riches ou pauvres, la possession de biens comme seul dessein, la prise d’un pouvoir ou d’une quête des honneurs aux yeux des hommes… tout cela détourne le croyant, riche ou pauvre, du vrai bien et du vrai bonheur.

Chez Luc, on remarquera que les bénéficiaires du salut, en un même lieu, vont souvent de pair, hommes et femmes, mais aussi riches et pauvres : depuis la Galilée avec le paralytique et Lévi le publicain (Lc 5), jusqu’à Jéricho où nous retrouverons le riche Zachée et le mendiant aveugle (Lc 18-19), mais aussi le centurion et la veuve de Naïm (Lc 7), la femme hémorroïsse et Jaïre chef de la synagogue (Lc 8), Simon le pharisien et la femme pécheresse (Lc 7), etc… Le Royaume est offert à tous et à toutes, maîtres et serviteurs, Galiléens, Jérusalémites ou gens de Sidon, les Douze comme les autres… tous sont appelés à bénéficier de la miséricorde du Père (6,36). Faut-il au moins l’entendre et l’accueillir jusqu’à en être transformé. Ce qu’on nomme béatitudes sont un véritable appel à la conversion.

Eglise Saint Matthieu, Copenhague, autel (détail) Le sermon sur la montagne

Le don de soi pour seule pauvreté et richesse

Que ce soit envers les pauvres ou les riches, la parole de Jésus se conclut par l’évocation du mépris et des persécutions à cause du Fils de l’homme. Ils pourraient même être la pointe de ce passage. L’attachement au Christ et au Royaume du Père, et non aux honneurs et aux biens, devient la véritable richesse et la meilleure récompense. Car cette fidélité représente le témoignage du disciple qui sait, à l’image de son Seigneur, aimer par-dessus tout, et vivre sa foi en dépit des valeurs du monde. Subir la haine, l’insulte, le mépris et autres persécutions, certes, cela n’est pas donné à tous, riches ou pauvres, même si ces derniers le vivent déjà du fait de leur situation. Paradoxalement, c’est en évoquant la persécution du disciple que les verbes liés à la joie se multiplient : heureux êtes-vous, réjouissez-vous, tressaillez de joie

Car l’accueil ardu de l’Évangile est un bonheur à vivre quand il puise sa force dans celle du Christ, quand le témoignage donne à voir ce qu’est l’amour de Dieu face à la haine, sa miséricorde face au mépris, sa bienveillance face à l’insulte, son pardon face au ressentiment des hommes. C’est en ce même témoignage de vie que les disciples, pauvres et riches, sont frères… tournés vers un même Père que révèle le Fils de l’homme. Cette identité filiale du disciple apparaîtra davantage dans la partie suivante (6,27-38).


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

François BESSONNET

Bibliste et prêtre pour le diocèse de Luçon (Vendée). cf. bio