Préférer devenir disciple (Lc 14,25-33)

Après les paraboles sur la préséance des pauvres au repas du Royaume, Luc évoque la préférence du Christ dans la vie des disciples. Dans ces chapitres de l’évangile de Luc, Jésus marche toujours vers Jérusalem. Ce périple semble bénéfique : après ses miracles, discours et paraboles, une foule nombreuse fait maintenant route avec lui. Mais se mettre à la suite de Jésus c’est d’abord preuve de lucidité et de discernement. L’évangile met en garde ces disciples qui se comporteraient comme de doux rêveurs ou des va-t-en-guerre.

Continuer la lecturePréférer devenir disciple (Lc 14,25-33)

La porte étroite (Lc 13,22-30)

L’avènement du Règne de Dieu advient mais attend une adhésion et une conversion de chacun à la Parole de Jésus-Christ. Le salut est cette rencontre entre la patiente miséricorde de Dieu et la libre volonté des hommes à en vivre. Si bien que les images utilisées par Jésus nous font passer du haut de la tour de Siloé au bas de la porte étroite, lieu d’une rencontre déterminante.

Continuer la lectureLa porte étroite (Lc 13,22-30)

Les greniers de la Grâce (Lc 12,13-21)

L’évangile de ce dimanche concerne la question du salut et de la possession des biens à partir de l’interpellation d’un homme au milieu de la foule sur une question d’héritage. Mais la réponse de Jésus n’est pas si évidente qu’il n’y paraît. S’il semble renvoyer le plaideur à son conflit familial, se refusant à se dresser en juge, le discours pourtant émet un jugement sur les rapports aux biens. Sa conclusion ne nous étonnera guère : Jésus oppose la vanité de l’accumulation des biens à la fragilité de la vie et la richesse en Dieu. La difficulté majeure de ce passage tiendra surtout à sa place dans ce chapitre.

Continuer la lectureLes greniers de la Grâce (Lc 12,13-21)

Apprends-nous à prier (Lc 11,1-13)

Nous avons quitté Marthe et Marie, ou peut-être ont-elles suivi Jésus avec nous. Si l’évangile selon Luc nous place toujours sur ce long chemin qui mène Jésus depuis la Galilée jusqu’à Jérusalem, l’endroit où l’évangéliste situe notre passage est précisément flou : un certain lieu. Ainsi la demande du disciple peut rejoindre celle du lecteur où qu’il soit.

Continuer la lectureApprends-nous à prier (Lc 11,1-13)

Marthe ou Marie ? (Lc 10,38-42)

La parabole précédente du bon Samaritain invitait à l’action en vue d’aider et d’aimer son prochain : Va et fais de même ! disait Jésus au docteur de la Loi. Cette fois Jésus semble donner tort à Marthe qui lui demande, à propos de sa sœur tranquillement assise : Dis-lui donc de m’aider ? Y aurait-il contradiction ? Suite au bon samaritain, le récit de Marthe et Marie est probablement son pendant nécessaire.

Continuer la lectureMarthe ou Marie ? (Lc 10,38-42)

Un Samaritain bouleversant (Lc 10,25-37)

La parabole du bon samaritain est connue, ou du moins le pense-t-on. Les interprétations allégoriques sont nombreuses notamment pour voir dans le Samaritain, la figure de Jésus miséricordieux. Je n’y reviendrais pas. Je voudrais ici m’intéresser à la fonction de cette parabole. Propre à l’évangéliste Luc, elle se situe après l’envoi en mission des soixante-douze disciples (Lc 10,1-24). Elle est la réponse à la question d’un savant docteur de la Loi.

Continuer la lectureUn Samaritain bouleversant (Lc 10,25-37)

Je te suivrai (Lc 9,51-63)

Depuis les terriers enfouis des renards jusqu’aux nids célestes des oiseaux ; depuis les sépultures, lieux de la mort, jusqu’au ciel du règne Dieu, lieu de vie éternelle ; depuis les labours mondains jusqu’au royaume de Dieu, royaume du salut, le disciple est celui qui rencontre Jésus Christ et qui, se mettant à l’écoute de sa Parole, est invité à bouleverser radicalement sa vie pour se mettre, au cœur du monde, dans l’en-avant du règne de Dieu.

Continuer la lectureJe te suivrai (Lc 9,51-63)

Donnez-leur vous-mêmes à manger (Lc 9,11-17)

Le miracle de la multiplication des pains est sans doute le plus lu dans le Nouveau Testament. On le trouve en effet dans les quatre évangiles. Il est même doublé dans les œuvres de Marc et de Matthieu. Mais si les récits sont assez parallèles, chacun a son caractère propre. Nous allons souligner ici seulement ce qui caractérise la version de Luc. Ce dernier se distingue surtout par son contexte narratif et quelques petites différences qui peuvent nous aider à éclairer le sens du récit lucanien.

Continuer la lectureDonnez-leur vous-mêmes à manger (Lc 9,11-17)