Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Désert 22 – Les 99 autres dans le désert (Lc 15)

Télécharger le podcast

Ce dimanche nous entendrons la parabole du fils prodigue, le père miséricordieux et le frère oublieux…. Vous pouvez toujours lire les trois articles déjà consacré à ce passage :

La parabole

La parabole dite du « fils prodigue » fait partie de cet ensemble de trois paraboles du chapitre quinze de l’évangile selon Luc : la brebis perdue (15,4-7), la drachme perdue (15,8-10) et du fils perdu (15,11-32)… et tous retrouvés. C’est à l’occasion de la première parabole que Luc nous plonge dans le désert :

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole : « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux, et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !” Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.  Lc 15,1-7.

Avant d’aborder le désert de nos brebis, il convient de s’arrêter brièvement sur le contexte. Jésus est ici pris à partie pour son attitude à l’égard des pécheurs ; « il mange avec eux et leur fait bon accueil » disent les pharisiens et les scribes. Ce reproche est celui d’une compromission de Jésus avec les pécheurs et donc avec le péché, du moins en apparence. Faire bon accueil et partager un repas, c’est faire honneur et manifester une certaine communion… Jésus donnerait-il raison aux pécheurs ? Ne leur retiendrait-il aucun reproche ? Les pharisiens et les scribes, qui recherchent la pureté, préfèrent s’écarter de la table des pécheurs même s’ils font aussi de leur mieux pour les convertir et partager un repas après leur purification. Jésus a donc inversé la logique, il partage le repas avant ou en vue de leur conversion. C’est ce mouvement que veut éclairer la parabole de la brebis perdue.

Au désert

Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? 15,4

Berger dans le désert de Judée (fb)

Si vous alliez voir cette parabole dans l’évangile de Matthieu vous vous rendriez compte que parmi les différences l’évangéliste place ses brebis sur la montagne (Mt 18,12), symbole du rassemblement et de la rencontre avec Dieu. Luc préfère le désert. Certes ce choix esquisse son paysage méditerranéen, ses terres arides et incultes qui servent de pâture au petit bétail. Cependant, le choix du désert chez Luc pourrait être motivé par bien d’autres choses. Ces quatre-vingt-dix-neuf brebis, qui représentent ceux qui se pensent justes, sont placées et abandonnées au désert, lieu de la marche vers la terre promise, lieu de dangers, de maturation et surtout de conversion (Lc 4). On peut y voir ainsi une certaine ironie qui insinue aux pharisiens, aux scribes et à leurs cousins contemporains, que nul ne peut se targuer d’être juste, mais tous ont à se tourner vers Dieu et sa miséricorde. Il y a bien une brebis perdue, mais les quatre-dix-neuf autres ne sont pas encore arrivées au salut de la terre promise ou du Royaume. C’est un premier point.

Vous souvenez de notre désert d’hier, celui du bouc émissaire. Un homme était chargé d’aller au désert pour y abandonner ce bouc qui portait les péchés du peuple. Et nous retrouvons ici beaucoup d’éléments communs ou proches. Nous avons bien le désert, la brebis a remplacé le bouc, et l’action de l’homme n’est plus la même. Dans notre parabole, l’homme part chercher celle qui était perdue pour la ramener. Il ne s’agit plus d’aller au désert pour y abandonner l’animal représentant le mal, mais d’aller à la recherche d’une brebis pour son bien, pour celui du troupeau enfin au complet, et plus encore pour la joie du berger et de son entourage.

Chercher le bien

Jean-Baptiste Champaigne, Le Bon Berger, 17e

Les deux mouvements ne sont pas contradictoires. Le récit d’hier montrait combien Dieu voulait nous écarter du mal en le jetant au désert. Mais il vient aussi au désert pour ramener vers le bien, réconcilier ce qui semblait perdu. La brebis égarée, qui représente ces pécheurs, n’est pas définitivement perdue dans ce désert. Jésus nous montre toute son espérance. Nous plaçons facilement des personnes dans des déserts, à l’écart, dans un espace représentant le mal. Ils sont à nos yeux des gens à éviter, à ne pas fréquenter, parfois pour de bonnes raisons objectives. Mais C’est aussi avec ces personnes que Dieu veut renouer. Il y a de l’Espérance et surtout de la persévérance chez ce berger : il part jusqu’à ce qu’il la retrouve. Il ne s’agit pas d’une option : c’est une mission vitale et indispensable.

Et cette mission concerne chacun d’entre nous. Dieu est capable d’entrer dans nos déserts, pour nous y chercher et nous ramener sur ses épaules. Nous ne sommes pas que péchés, faibles, faillibles ou indignes à nos yeux ou aux yeux des autres. Il n’y a pas que le mal, le péché, les défauts à voir. Nul ne peut être réduit à ce qu’il commet. À travers cette parabole Jésus nous montre qu’il pas question pour lui de laisser ses brebis perdues dans ce désert où ne pousserait aucune espérance. Pour le Seigneur, rien n’est perdu, ni personne : il y a du bien et du bon à ramener à la lumière, y compris en nous… et cela fait toute sa joie de vivre.

La joie des retrouvailles.

Jésus pose un regard nouveau sur ce qu’on appelle la conversion ou la réconciliation, c’est-à-dire le retour à Dieu. Habituellement, ce retour se pense comme une volonté de changer ses mauvais penchants, pour devenir une brebis méritante et pure… Mais ici, le Seigneur n’attend pas. Il nous précède. Car la réconciliation est une rencontre. Le retour à Dieu est l’initiative et l’action première du Seigneur qui abandonne tout son troupeau pour celle qui lui manque. Il est celui qui nous cherche résolument malgré nos perditions, qui nous porte et nous ramène et cela pour notre bien et notre joie.

Le désert est oublié au profit de la maison, une demeure joyeuse et salutaire. Cette joie exprimée avec exagération dans la parabole rend compte de son amour fou, son désir immense de nous revoir parmi les siens.

Abonnement à la newsletter

Les données recueillies servent exclusivement à la diffusion des lettres d’information.
Elles ne seront ni cédées, ni vendues. (cf. mentions légales)

J’accepte de m’abonner à la lettre d’information

Les citations et références sonores

TEXTES

Les textes du 4ème dimanche de carême (année C) : https://www.aelf.org/2019-03-31/romain/messe

La parabole de la brebis perdue (Lc 15,4-7) : https://www.aelf.org/bible/Lc/15

Article :  rencontre avec un père..sévèrant https://www.aularge.eu/blog/2014/03/22/rencontre-15-avec-un-pere-severant/

Article : Le bal aux prisonniers : – https://www.aularge.eu/blog/2013/03/09/jeu-n-3-le-bal-aux-prisonniers/

Article : Un père, deux sales gosses et trois c…. https://www.aularge.eu/blog/2010/03/15/un-pre-deux-sales-gosses-et-trois-conneries/

Retrouvez le texte de cette publication et les autres « 40 déserts » sur  https://www.aularge.eu/blog/40-deserts-2/

AUDIO

Astérix et la surprise de César, film d’animation de Gaëtan et Paul Brizzi (1985),d’après A.Uderzo et R.Goscinny, avec les voix de Roger Carel (Astérix) et Pierre Toronade (Obélix)

François

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).

Ecrire une remarque, un avis... ou juste un mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :

Ce site utilise quelques cookies

Merci de valider l'acceptation des cookies. Vous pouvez aussi refuser leur usage, tout en continuant à visiter ce site.