L’Esprit et la Samarie (6ème dimanche de Pâques)

6ème dimanche de Pâques (A)
Ac 8,5-8.14-17
Jn 14,15-21

Dans ce temps pascal, nous continuons nos visites de différents lieux proposés dans les textes liturgiques, depuis la pierre du tombeau vide, à la maison-témoin, le chemin ou la porte d’une bergerie, jusqu’à dernièrement les demeures du Père. Cette fois-ci, nos pas sont amenés à franchir une frontière, celle de la Samarie, passage pour lequel l’Esprit Saint n’est pas étranger.

Refuge en Samarie

Cathédrale Saint-Étienne de Toulouse, La lapidation de saint Etienne, Charles Thévenin, 1829

Avant d’aborder le passage du livre des Actes des Apôtres, il convient d’en rappeler le contexte. Philippe arrive en Samarie. Mais il ne s’agit pas d’un simple voyage et pas même d’une destination volontairement missionnaire. La venue de Philippe parmi les Samaritains fait suite à la persécution des judéo-chrétiens de langue grec. Un de leurs sept responsables et ministres, Étienne, vient d’être lapidé sous les yeux approbateurs d’un jeune homme appelé Saul, qui deviendra le saint Paul que l’on connaît. C’est donc dans un contexte de persécutions que se situe la mission de Philippe. Cependant, rien n’empêche la Parole du Christ de retentir comme le rappellent ces versets :

Ac 8 1 Ce jour-là, éclata une violente persécution contre l’Église de Jérusalem. Tous se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie, à l’exception des Apôtres. 2 Des hommes religieux ensevelirent Étienne et célébrèrent pour lui un grand deuil. 3 Quant à Saul, il ravageait l’Église, il pénétrait dans les maisons, pour en arracher hommes et femmes, et les jeter en prison. 4 Ceux qui s’étaient dispersés annonçaient la Bonne Nouvelle de la Parole là où ils passaient.

Itinérance, fuite, et Esprit Saint

Dans le livre des Actes des Apôtres, les destinations sont souvent imprévisibles. Il n’y a pas de plan missionnaire sinon celui que les rencontres ‘hasardeuses’ ou les événements, y compris dramatiques, imposent. Les persécutions, les fuites, le « hasard » sont toujours l’occasion de constater les fruits que porte l’annonce de la Parole dans le cœur de personnes des plus diverses : eunuque éthiopien, centurion romain, magicien juif, marchande grecque, geôlier païen, barbares…. Et même des persécuteurs comme le fut Paul. Dans tous les événements, y compris les plus difficiles, le Seigneur montre sa présence. L’Esprit Saint refuse ce confort « identitaire » aux disciples qui sont ballotés dans des situations et des lieux qu’ils n’auraient pu imaginer.

Ainsi, la mission n’est pas décrite dans un esprit de conquête mais dans la fidélité à la Parole et l’accompagnement de l’Esprit Saint. Avec Philippe l’évangile franchit donc une frontière inattendue.

Philippe en Samarie

Ac 8, En ces jours-là, 5 Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. 6 Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. 7 Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. 8 Et il y eut dans cette ville une grande joie.

14 Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean. 15 À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ; 16 en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus. 17 Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint.

Parole et mission

C’est un clin d’œil assez ironique de la part de Luc, auteur des Actes des Apôtres. A moins que ce ne soit l’œuvre même de l’Esprit. Philippe avait été choisi avec six autres personnes remplies d’Esprit Saint et de sagesse, pour devenir “responsable” du service des tables, c’est-à-dire de la charité, laissant la prédication de la Parole aux Douze et Apôtres.

Ac 6 1 En ces jours-là, comme le nombre des disciples augmentait, les frères de langue grecque récriminèrent contre ceux de langue hébraïque, parce que les veuves de leur groupe étaient désavantagées dans le service quotidien. 2 Les Douze convoquèrent alors l’ensemble des disciples et leur dirent : « Il n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables. 3 Cherchez plutôt, frères, sept d’entre vous, des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, et nous les établirons dans cette charge. Etc.

Guérison d'un aveugle, El Greco, 1570

Mais cette répartition ecclésiale et rationnelle n’a pas été suivi d’effet. Étienne fut lapidé en raison de sa prédication, et Philippe arrivant en Samarie annonce l’Évangile. Ils ont « endossé » le rôle de prédicateur dévolu initialement aux Douze. Là encore, l’Esprit fait avancer son Église sur des chemins inattendus. Luc et l’Esprit Saint soulignent ainsi combien la Parole de Dieu devient première et primordiale dans la vie de l’Église et de tout disciple. On ne peut séparer Parole et Service, ce que nous rappelle aujourd’hui le ministère diaconal. Et il en est de même en Samarie. Philippe annonce d’abord la Parole qui se déploie en charité que manifestent ses actes de délivrance et de guérison.

Ces derniers ne sont pas des miracles en vue de convaincre une population, ils viennent attester de la présence toujours actuelle et agissante du Christ. Empruntant au même vocabulaire que son évangile, Luc nous renvoie ici aux signes que Jésus donna durant son ministère en rétablissant les personnes possédés d’esprit impurs, et en guérissant boiteux et paralytiques… signes de l’avènement du Règne, que tout Samaritain pouvait lui aussi comprendre, excepté justement un certain Simon mage ambitieux et intéressé par ce soi-disant pouvoir magique (Ac 8,-13). L’annonce de l’évangile en pleine Samarie suscite ici une étonnante joie.

La foi des Samaritains

Eustache Le Sueur, prédication de saint Paul à Ephèse, 1649

La Parole du Christ retentit en Samarie et elle porte du fruit. Cela paraît simple et facile, mais on oublie quand même la distance, l’abime que ces Samaritains ont dû franchir. Ils ont accueilli la Bonne Nouvelle d’un Juif fut-il de Galilée, d’un Messie qui a « fini » crucifié. Ils ont entendu de la bouche d’un autre juif dont la langue maternelle est le grec, l’évènement de sa résurrection. Les Samaritains ont accueilli une parole qui a priori leur est totalement étrangère. Bien plus, elle provient de leurs frères ennemis judéens et galiléens. Les conflits et les heurts entre juifs et samaritains sont encore nombreux en cette période. Des Samaritains accueillent l’Évangile et il faut le voir pour y croire !

L’événement est si étonnant et important qu’il fait se déplacer les Apôtres eux-mêmes et non des moindres : Pierre et Jean. Leur venue et leur prière à l’Esprit Saint, attestent de la foi des Samaritains au Christ et leur place entière au sein des baptisés. Comme toujours dans les Actes, la venue de l’Esprit fait suite à l’accueil de la Parole dans la foi. L’Esprit Saint est toujours une action divine au sein de son Église, un Esprit de liberté, qui respecte celle du croyant, attendant son « oui » et celui de la communauté pour y faire sa demeure. Ainsi la foi en Samarie est confirmée dans son authenticité. L’Esprit de Dieu atteste de leur identité croyante. Un Samaritain est un chrétien à l’égal d’un autre, empli d’Esprit Saint, tout comme Pierre, Jean ou Philippe.

L’Esprit et la Samarie.

L’histoire entre l’Esprit Saint et la Samarie va encore se poursuivre avec l’épisode de la rencontre entre Philippe et un eunuque éthiopien (Ac 8,26-40). Et une fois encore, la Parole de Dieu et du Christ sera déterminante dans l’accueil de la foi. Dans l’évangile de Jean, Jésus souligne ce lien étroit entre l’Esprit, la Parole et cette charité qui devient l’expression même de la foi et le déploiement de la mission.

Jean 14 15 Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. 16 Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : 17 l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. 18 Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. 19 D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. 20 En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. 21 Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Si vous m’aimez vous garderez mes commandements. Jésus renvoie les disciples à sa Parole et, chez Jean, à ce commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. 13,34. La fidélité à la Parole du Christ est une fidélité à son amour livré. L’Esprit de vérité donné oriente la communauté croyante, comme chacun des disciples. La mission de ces baptisés s’inscrit ainsi dans ce mouvement de livraison de vie et de service, avec le Christ. L’Esprit Saint n’est pas quelque chose, ni autre chose, ni même un simple successeur. Comme le rappelle saint Jean, cet Esprit Saint est le don même de la présence de Dieu et de son Christ à ses disciples pour toujours avec euxJe ne vous laisse pas orphelins. Un Esprit de vérité qui amènera encore à être en vérité à l’écoute de la Parole pour franchir d’autres frontières, improbables, invenvisageables, dans la charité.

François BESSONNET

Prêtre catholique et bibliste du diocèse de Luçon (Vendée).

Votre avis m'intéresse !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.