L’arrestation (Lc 22,47-53)

Parallèles : Mc 14,43-52; Mt 26,47-56 ; (Jn 18,1-12)

Rameaux, évangile (C) Lc 22-23

L’épisode de l’arrestation suit immédiatement la prière angoissée de Jésus, sans changement de lieu, ni d’heure.

Guercino, Arrestation, 1621

L’arrestation (22,47-53)

22, 47 Il parlait encore, quand parut une foule de gens. Celui qui s’appelait Judas, l’un des Douze, marchait à leur tête. Il s’approcha de Jésus pour lui donner un baiser. 48 Jésus lui dit : « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ? » 49 Voyant ce qui allait se passer, ceux qui entouraient Jésus lui dirent : « Seigneur, et si nous frappions avec l’épée ? » 50 L’un d’eux frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l’oreille droite. 51 Mais Jésus dit : « Restez-en là ! » Et, touchant l’oreille de l’homme, il le guérit. 52 Jésus dit alors à ceux qui étaient venus l’arrêter, grands prêtres, chefs des gardes du Temple et anciens : « Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus avec des épées et des bâtons ? 53 Chaque jour, j’étais avec vous dans le Temple, et vous n’avez pas porté la main sur moi. Mais c’est maintenant votre heure et le pouvoir des ténèbres. »

Une foule de gens

Jésus est arrêté alors qu’il parle à ses disciples. Peu de temps encore, la parole de Jésus attirait, dans le Temple, tout le peuple (21,37-38). Maintenant, Jésus est face à une foule hostile, conduite par Judas, l’un des siens (22,1-6). Il est désigné comme celui qui marche en tête, en avant. L’expression permet de comprendre qu’effectivement, il est celui qui connaît le lieu de repos de Jésus sur ce mont des Oliviers (21,37-38 ; 22,1-6). Judas permet cette arrestation en dehors de la ville et à une heure tardive, évitant toute émeute, crainte par les responsables religieux (22,1-6). Mais, cette position, à la tête de la foule, le met aussi en premier, tel un chef à la tête d’une foule. Cette posture contredit la figure du véritable disciple, prenant la dernière place et se faisant serviteur de ses frères.

Adam de Coster ou Gerard_Seghers, L'arrestation de Jésus, 1600-1650

Le baiser de Judas

Le baiser de Judas correspond à une salutation respectueuse et ordinaire entre un disciple et un maître. Cependant, ce même geste vient, ici, désigner Jésus, l’homme à saisir. Le baiser de salutation se mue en signal de trahison. Dans cette Passion selon Luc, Jésus sait le pourquoi de cette salutation. Sa parole vient révéler la trahison mais aussi le dessein de Dieu et l’accomplissement des paroles de Jésus : 9,44 le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes.

L’oreille tranchée

Face à Judas et la foule, se tiennent Jésus et ses disciples. Ces derniers l’entourent telle une protection rapprochée, un réflexe défensif, comme si un combat allait s’engager pour sauver Jésus. S’ils semblent en attendre un ordre : Seigneur, et si nous frappions avec l’épée ? l’un deux, dont Luc ne précise pas l’identité1, prend l’initiative du combat, tranchant l’oreille droite du serviteur du grand-prêtre. La précision du côté droit pourrait évoquer cette écoute vaine du clan des grands-prêtres : le côté droit est celui du cœur, siège biblique du discernement (cf. 6,6) dont manque les responsables religieux.

Jésus refuse l’usage de l’épée, de la force, c’est-à-dire de la domination : Restez-en là ! Jésus refuse cette position qu’il a toujours condamnée. L’épée n’est nullement nécessaire pour défendre et inaugurer la Bonne Nouvelle du Royaume (cf. 22,35-38). Jésus manifeste son autorité d’une autre manière : la guérison du serviteur révèle sa figure de Sauveur et cet amour de l’ennemi (6,27-30). Acceptant d’être ainsi trahi et livré, Jésus accomplit le dessein de Dieu dans la logique surprenante de l’Évangile en refusant l’usage de la force pour imposer son message.

Louis Finson, ,La guérison de l'oreille de Malchus, 1600-1630

Un bandit sans épée

Dès lors, Jésus déplace le combat sur un autre terrain, avec d’autres armes. Il s’adresse maintenant à ses véritables opposants : les grands-prêtres et leur garde, et les anciens, représentant les 2/3 du sanhédrin. Il les met face à leurs contradictions. Ils sont sortis pour l’arrêter comme un bandit, pourtant leur attitude les désigne eux-mêmes comme des brigands. Ils ont agi comme tels, nuitamment, leur heure, une heure propice au vol et au brigandage. Ils sont venus avec les mêmes armes que des bandits : épées et bâtons, pour mettre la main sur lui, sans défense, tel l’homme de la parabole du bon samaritain attaqué par des brigands (10,30.36). Alors que, depuis des jours, Jésus était dans le Temple, leur caverne de bandits (19,46), avec eux, jamais ils ne s’en sont pris à lui. Jésus les renvoie donc à leur propre hypocrisie. Par eux-mêmes, ces élites religieuses se situent du côté du pouvoir et des ténèbres.

La parole de Jésus ne suscite pas de réponse. Son arrestation de force pour être emmener à la maison du grand-prêtre, (22,54-71) confirme les dires de Jésus. Le procès, volé, aura lieu quasi-secrètement, dans un cadre inhabituel et pour des motifs fallacieux, comme nous le verrons.


  1. Seul Jean cite le nom de Simon-Pierre Jn 18,10

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

François BESSONNET

Bibliste et prêtre pour le diocèse de Luçon (Vendée). cf. bio