En ces jours-là, Jean le baptiste (Mt 3,1-12)

Parallèles : Mc 1,1-3 ; Lc 3,1-14 ; (Jn 1,19-23)

2ème dim. Avent (A)

Les récits de la naissance et de l’enfance de Jésus se sont achevés avec l’installation à Nazareth, en Galilée, de Jésus et sa famille. D’emblée, Matthieu transporte son lecteur, à un autre moment de l’histoire, dans le désert de Judée, où résonne la voix de Jean le baptiste.

Alexandre Cabanel, 1849, Saint Jean Baptiste.

Paraît Jean le baptiste (3,1-6)

Mt 3, 1 En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : 2 « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » 3 Jean est celui que désignait la parole prononcée par le prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. 4 Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage. 5 Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain se rendaient auprès de lui, 6 et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.

En ces jours là

La transition avec les récits précédents est soulignée, sobrement, par le changement de lieu et par cette simple indication temporelle : En ces jours-là. Celle-ci n’est pas tout à fait neutre, ni vague. L’expression, en ces jours-là, est, dans le premier testament, associée à un événement d’importance, généralement liée à une promesse divine pour la restauration d’Israël.

  • Jg 17,6 et 21,25 En ces jours-là, il n’y avait pas de roi en Israël.
  • Jl 3,2 Même sur les serviteurs et sur les servantes je répandrai mon esprit en ces jours-là.
  • Jl 4,1 Oui, voici qu’en ces jours-là et en ce temps, où je ramènerai les captifs de Juda et de Jérusalem.
  • Za 8,23 En ces jours-là, dix hommes de toute langue et de toute nation saisiront un Juif par son vêtement et lui diront : « Nous voulons aller avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous. »
  • Jr 3,17 En ces jours-là, on appellera Jérusalem « Trône du Seigneur ». Toutes les nations convergeront vers elle, vers le nom du Seigneur, à Jérusalem
  • Etc.

L’expression présente, en ces jours-là, évoque, ainsi, non pas le temps des hommes mais celui de Dieu qui vient accomplir sa promesse pour ce temps messianique et eschatologique. Cette interprétation est confirmée par la proximité du royaume des Cieux, annoncée par Jean et par la description de ce dernier.

Jean, l’envoyé du Seigneur

Pour une approche historique de Jean le baptiste,
je vous renvoie à la série du podcast : Jean, le baptiste : de l’histoire aux évangiles.

Matthieu présente le baptiste comme celui que l’Écriture annonçait. Son activité au désert est mise en référence avec le passage d’Isaïe concernant la venue et la révélation de Dieu pour son peuple.

Is 40,3 Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. 4 Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! 5 Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. »

De même, la description de Jean ressemble à celle d’Élie, prophète du VIIIe s., dont le retour était attendu pour l’avènement du Messie et le jugement dernier : 2R 1,8 C’était un homme portant un vêtement de poils et une ceinture de cuir autour des reins.

Ml 3,23 Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable. 24 Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils, et le cœur des fils vers leurs pères, pour que je ne vienne pas frapper d’anathème le pays !

Jean le baptiste est ainsi présenté comme la figure d’Élie précédant le Jugement divin. Chez Matthieu, son baptême prépare la venue du Seigneur et l’établissement du royaume des Cieux, expression propre à l’évangéliste pour exprimer le règne de Dieu, sur terre, depuis les Cieux, lieu du trône divin. Cette proche venue du Seigneur implique pour Jean, une réelle préparation du peuple par la rémission des péchés. Les eaux du Jourdain, évoquant l’entrée des Hébreux en terre promise (Jos 3) et l’ascension du prophète Isaïe (2R 2), représentent cette instauration du royaume et ce temps nouveaux attendus.

Dès lors, le baptême de Jean, dans le Jourdain, souligne la nécessaire purification de tout peuple – Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain – à l’image des Hébreux (Jos 3) – pour accueillir la venue du Seigneur et avec lui le jugement contre les impies et les injustes. Par ce vocabulaire et ce tableau, Matthieu inscrit ces jours du baptiste au sein de cette attente eschatologique du règne de Dieu.

Adam van Noort, La prédication de Jean le baptiste,1601.

Pharisiens et sadducéens (3,7-10)

3, 7 Voyant beaucoup de pharisiens et de sadducéens se présenter à son baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? 8 Produisez donc un fruit digne de la conversion. 9 N’allez pas dire en vous-mêmes : “Nous avons Abraham pour père” ; car, je vous le dis : des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. 10 Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu.

Engeance de vipères

Historiquement, il n’est pas sûr que des pharisiens, et plus encore des sadducéens, soient venus, nombreux, à Jean pour être baptisés. Ces deux partis religieux sont proches du Temple, dont le culte assure le pardon des péchés. Jean, historiquement, viendrait en rupture, ou au moins en concurrence, avec les élites sadducéennes du Temple. La scène de Matthieu sert davantage à son évangile. Les pharisiens et les grands-prêtres sadducéens feront partie de ceux qui accuseront Jésus auprès de Pilate (27,62). Leur présence indique combien ces élites religieuses, marquées par leur souci de pureté et de conformité à la Loi, sont les premiers concernés par cette nécessaire conversion. Matthieu introduit ainsi le ministère de Jésus par cette invective contre les pharisiens et les sadducéens.

Face au jugement de Dieu, la colère qui vient, ils sont décrits comme une engeance de vipères. La même expression sera reprise, deux fois, par Jésus, envers ces mêmes pharisiens (12,34 ; 23,33). La critique viendra souligner l’écart entre leurs discours de piété et de pureté, et leurs actes et attitudes. Mais, ici, il en va un peu autrement. Jean le baptiste dénonce leurs certitudes de salut. Pour Matthieu, ils considèrent appartenir aux fils d’Israël élus pour ce royaume, en raison de leur circoncision (Gn 17) et de leur fidélité à la parole de Dieu (Gn 15). Ils sont fils d’Abraham, patriarche emblématique de la figure du croyant fidèle. Ainsi, Jean traite d’engeance de vipères ces fils d’Abraham. La filiation n’est pas la même. Leur attitude, leurs actes et leurs discours montrent qu’ils peuvent aussi porter de mauvais fruits. Pour l’évangéliste, ces paroles du baptiste annoncent déjà un changement de paradigme où même les plus pieux des partis religieux sont soumis au jugement de Dieu et de son messie. Ainsi, déjà, Matthieu présente cet avènement eschatologique, non comme une seule et juste rétribution, mais comme une véritable recréation liée à l’action de Dieu et à une réelle conversion : des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham

Brueghel l'Ancien, La prédication de Saint Jean-Baptiste, 1566

Lui vous baptisera dans l’Esprit saint le feu (3,11-12)

3, 11 Moi, je vous baptise dans l’eau, en vue de la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. 12 Il tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »

L’attente d’un plus fort

En tant que précurseur du Messie et du jugement eschatologique, Jean annonce ainsi la venue d’un plus fort dont la stature est sans précédent : même Jean, ne se trouve pas digne d’être, tel un serviteur, celui qui peut retirer ses sandales. L’expression manifeste l’extrême attente de celui qui vient pour un baptême, une plongée, dans l’Esprit Saint et le feu. Sans prononcer le mot, le lecteur devine qu’il est question de la venue de ce christ ou messie, attendu avec l’avènement du règne. Un messie puissant et fort, tenant en sa main l’autorité divine pour juger Israël et le monde, selon la représentation de l’époque. Le discours de Jean emprunte au vocabulaire eschatologique : en plus de l’Esprit Saint et le feu, des arbres aux mauvais fruits, jetés au feu, les versets font mention de cette pelle à vanner pour la moisson et le tri entre le blé et paille, exprimant ce jugement divin. Jean attend ainsi Celui que Dieu enverra pour rendre justice à son peuple, de manière définitive, et nettoyer le champ des fils d’Israël. Le baptême dans l’Esprit et le feu exprime cette attente d’une alliance avec Dieu où, après le jugement de l’aire et du feu, chacun des fils d’Israël sera dépositaire de l’Esprit même de Dieu : Ez 36, 27 Je mettrai en vous mon esprit, je ferai que vous marchiez selon mes lois, que vous gardiez mes préceptes et leur soyez fidèles.

Pourquoi Matthieu n’utilise pas le mot Christ ou Messie ?

Étonnamment, seuls les premiers versets de son évangile associaient le mot Christ à la personne de Jésus (1,1.16.17.18 et éventuellement 2,4). Or, lors du ministère de Jésus, ce titre n’apparaîtra pour la première fois que plus tard, avec, encore, Jean le baptiste (11,2), puis lors de la confession de foi de Pierre (16,16.20). Ce titre de Christ devra surtout attendre la passion pour être mis en valeur. Ainsi, comme nous le verrons plus tard, cette attente d’un plus fort que Jean doit être éclairée par la passion et la croix. De même, la venue de Jésus au milieu des pécheurs pour être baptisé vient déjà requalifier les attentes d’un messie fort, comme va l’exprimer le dialogue entre Jean et Jésus.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

François BESSONNET

Bibliste et prêtre pour le diocèse de Luçon (Vendée). cf. bio