Blog et podcast par François, prêtre et bibliste

Du ciel ou des hommes ? (Mc 11,27-33)

Mc 11,27-33 L’autorité de Jésus et du baptiste

Entre le figuier et le vigne

Ils viennent de nouveau à Jérusalem. Et pendant que Jésus marchait dans le Temple, les grands-prêtres, les scribes et les anciens viennent vers lui, et lui dirent : “Par quelle autorité fais-tu cela ? ou qui t’a donné cette autorité pour le faire ? ” (11,27-28)

Ilyās Bāsim Khūrī Bazzī Rāhib, Evangiles, Mss, 1684Après la remarque de Pierre sur le figuier desséché, nous rentrons dans le Temple de Jérusalem pour la troisième fois1. Comme si tout se déroulait lors d’une seule et même journée, Marc place maintenant Jésus face à ses contradicteurs depuis les grands-prêtres (11,27) jusqu’aux scribes (12,28). Jésus quittera alors le Temple (13,1) pour revenir à Béthanie (14,3)

Ce premier débat se situe, dans cet évangile, entre les images du figuier et ses marchands du Temple (11,12-25) et la parabole de la vigne et ses vignerons homicides (12,1-12). Deux passages qui évoquent à leur manière le proche rejet de Jésus. Et ce n’est pas un hasard, si les acteurs du débat d’aujourd’hui sont les mêmes que ceux cités lors de la première annonce de la passion : Il faut que le Fils de l’homme […], soit rejeté par les anciens, par les grands-prêtres et les scribes2 (8,31). Ce rejet a maintenant un motif : l’autorité même de Jésus. (suite…)

Continuer la lecture

Le Temple, ses marchands et son figuier (Mc 11,12-26)

Mc 11,12-26 L’expulsion des marchands du Temple, et le figuier maudit

La faim de Jésus et la fin d’un figuier

Le lendemain, après qu’ils furent sortis de Béthanie, il eut faim. Voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il n’y trouverait pas quelque chose ; et s’en étant approché, il n’y trouva que des feuilles ; car ce n’était pas la saison des figues. Alors il dit au figuier : “Qu’à jamais personne ne mange plus de ton fruit !” Et les disciples écoutaient. (11,12-14)

Brooklyn Museum, The Accursed Fig Tree (Le figuier maudit) - James Tissot, 1894Voilà quelques versets bien étranges qui nous présentent un comportement de Jésus peu commun. Quel est donc ce caprice de Jésus qui, pris d’une faim soudaine au sortir de Béthanie,  exige des fruits hors saison, et parle à un arbre ? La mention des disciples qui écoutaient évite de prendre la scène au premier degré. Ils écoutent car ils ont des oreilles pour entendre (4,9.23.33; 8,18) les paraboles de Jésus, dont celle du semeur et de la semence qui porte ou non des fruits (4,1-20). Écoutez !” (4,3) leur demandait Jésus. Ils écoutent la scène comme un enseignement de Jésus tel celui sur les traditions des anciens (7,14) ou ses explications sur les pains multipliés et le mauvais levain (8,18). C’est donc un autre enseignement en parabole qui se déroule à nos yeux, et qui nous permettra de mieux saisir la suite du récit. (suite…)

Continuer la lecture

Un ânon pour Jérusalem (Mc 11,1-11)

Mc 11,1-11 Entrée solennelle à Jérusalem

À l’approche de Jérusalem

Quand ils approchent de Jérusalem, vers Bethphagé et Béthanie, près du Mont des Oliviers, Jésus envoie deux de ses disciples, en leur disant : “Allez au village qui est devant vous ; et aussitôt que vous y entrerez, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Et si quelqu’un vous dit : Pourquoi faites-vous cela ? Dites : Le Seigneur en a besoin et il le renverra aussitôt ici.” (11,1-3)

Jan van Scorel, l'Entrée du Christ dans Jérusalem, 1526L’épisode que nous propose Marc est repris également dans les trois autres évangiles1. Habituellement, ce passage est intitulé : Entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Mais la version de Marc n’a rien de triomphale. Comme nous le verrons, la venue de Jésus à Jérusalem est narrée brièvement et se termine de manière abrupte, sans triomphalisme. L’élément le plus énigmatique, chez Marc, demeure la place prépondérante de l’ânon. C’est le héros du jour. La petite bête de somme est plus présente dans le récit que Jésus lui-même. C’est finalement elle que nous suivons et qui nous ouvre les portes de Jérusalem et du Temple. (suite…)

Continuer la lecture

La revendication des fils de Zébédée (Mc 10,32-45)

Mc 10,32-45 Troisième annonce de la Passion et demande des fils de Zébédée.

Troisième annonce de la Passion

Or, ils étaient en chemin pour monter à Jérusalem, et Jésus marchait devant eux. Ils étaient dans la stupeur et ils le suivaient avec crainte. Jésus, de nouveau, prenant les Douze avec lui, se mit à leur dire ce qui devait lui arriver : “Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l’homme sera livré aux grands-prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux Nations païennes; Ils se moqueront de lui, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront, et trois jours après, il ressuscitera.” (10,32-34)

Flagellation du Christ, Rubens, 1620Nous pouvons nous étonner de la stupeur et de la crainte des disciples. Sont-ils à rapprocher de leur étonnement (1,26) et stupéfaction (1,28) suite l’épisode de l’homme riche  ? D’autant que Jésus leur ‘promettait’ une famille et des biens au centuple, y compris dans les épreuves. Ces épreuves seraient-elles donc le ‘prix’ terrifiant à payer ? Cependant, l’épreuve sera d’abord celle de la montée vers Jérusalem, ville du Temple et des grands-prêtres qui causeront sa condamnation et sa mort(suite…)

Continuer la lecture

Jésus et l’homme riche (Mc 10,17-31)

Mc 10,17-31 Jésus et l’homme riche

La quête de la Vie éternelle

Comme il sortait pour se mettre en chemin, quelqu’un accourut, et se jetant à genoux devant lui, lui demanda : “Bon maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ?” (10,17)

Heinrich Hoffman, Le Christ et le jeune homme riche, 1899Un homme1 accourt vers Jésus et se jette à ses pieds. Ces deux gestes vont généralement de pair avec l’urgence d’une guérison physique, comme pour le lépreux, Jaïre ou la syro-phénicienne. La demande est toute autre mais elle est tout aussi vitale : comment recevoir de Dieu la ‘Vie éternelle’ ?  Venant après les recommandations faites aux Douze et aux disciples, la rencontre entre Jésus et cet homme donne à comprendre ces invitations à l’abaissement, l’abandon et la perte comme un véritable gain, vital et durable. (suite…)

Continuer la lecture

Les pharisiens, la répudiation et les disciples (Mc 10,1-16)

Mc 10,1-16 Jésus, les pharisiens et la répudiation

La mise à l’épreuve

Partant de là, Jésus vient dans le territoire de la Judée, au delà du Jourdain. À nouveau des foules s’assemblent près de lui, et, suivant sa coutume, il les enseignait à nouveau. S’approchant, des pharisiens lui demandèrent, pour l’éprouver,  s’il est permis à un homme de répudier sa femme. (10,1-2)

Masolino da Panicale, Hérode et Hérodiade, 1435Le départ de la Galilée pour la Judée n’arrête en rien les foules et l’enseignement de Jésus. Et sur ce chemin, nous retrouvons également les pharisiens1 et leurs questions de disciplines.  Leur mise à l’épreuve ne vise pas tant son identité que son enseignement, et, par voie de conséquence, ses disciples qui le mettent en pratique.

On peut se demander pourquoi Marc a placé, à cet endroit, la question des pharisiens sur la répudiation, alors que visiblement rien ne nous y préparait. Cependant, les précédentes recommandations aux Douze, s’étaient conclues par l’invitation à la vie fraternelle et à garder le sel, au milieu du feu des épreuves. Or voilà justement que Jésus est mis à l’épreuve en raison du “sel” de son enseignement. La question de la répudiation doit être lue à la lumière de cette paix à préserver entre les disciples et ce souci primordial du petit(suite…)

Continuer la lecture

Passion du Christ et abaissement des Apôtres (Mc 9,30-50)

Mc 9,30-50 Deuxième annonce de la passion et enseignements aux disciples

Passion du Fils, livraison du Père

Étant partis de là, ils traversèrent la Galilée. Jésus ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples et leur disait : “Le Fils de l’homme est livré entre les mains des hommes, et ils le tueront, et quand il aura été tué, trois jours après, il ressuscitera.”  Mais ils ne comprenaient pas cette parole, et ils craignaient de l’interroger. (9,30-32)

Vie et passion de Jésus, anonyme flamand, 1520Nous voilà de retour en Galilée pour une dernière fois. Mais la traversée du territoire se fait dans le secret. Marc associe cette discrétion à la deuxième annonce de la Passion à des disciples qui demeurent encore dans l’incompréhension. Car il s’agit maintenant non plus de comprendre que Jésus est le Messie, le Fils bien-aimé du Père, mais de saisir le sens de sa Passion.

Jésus ne se répète pas (voir tableau). Cette fois-ci, il met en avant sa “livraison”, un terme qui évoque la trahison de Judas (3,19, 14,10-18; 41-46).  Cependant, la construction de la phrase, au passif et au présent, peut aussi suggérer l’action du Père qui livre, remet son fils dans les mains des hommes. La mission de Jésus et sa Passion sont également l’œuvre de Dieu qui abandonne, lui-même, cette toute-puissance tyrannique qu’on pourrait lui prêter, au profit d’un don destiné à l’humanité entière.  Cette remise-là débouchera hélas sur la livraison de Jésus et sa mort, dont  il sortira victorieux, trois jours après. (suite…)

Continuer la lecture

Guérison pour un enfant … son père et les disciples (Mc 9,14-29)

Mc 9,14-29 Guérison d’un enfant possédé

Le retour de Jésus

Revenant vers ses disciples, ils virent une foule nombreuse autour d’eux, et des scribes qui discutaient avec eux. Toute la foule fut aussitôt stupéfaite en voyant Jésus et accourut pour le saluer. Il leur demanda : “De quoi discutez-vous avec eux ? ” (9,14-16)

1605, Transfiguration, Rubens-(détail)Les peintres Raphaël (†1520 →voir tableau) et Rubens (†1577 →voir tableau), entre autres, ne s’y sont pas trompés. Au bas de la scène de la Transfiguration, figure également, dans leur œuvre respective, l’illustration de la guérison de l’enfant possédé. Dans les évangiles synoptiques, les deux récits se suivent et sans doute faut-il en effet les relier l’un à l’autre. (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu